ASSE : l'actualité des Verts, ses projets personnels... l'ancien Vert Loris Néry se confie
par butfootballclub

ASSE : l'actualité des Verts, ses projets personnels... l'ancien Vert Loris Néry se confie

À 29 ans, Loris Néry est actuellement à la recherche d'un club. Depuis son départ de l'ASSE en 2012, le Stéphanois a évolué six ans à Valenciennes avant de partir en 2018 à l'AS Nancy-Lorraine, qui vient de le laisser libre. Il aspire désormais à une expérience à l'étranger. Entretien.

But : Loris, tous d'abord, comment avez-vous vécu ce confinement ?

Loris NERY : Comme tous les footballeurs je pense, ça a été difficile... Je suis redescendu directement avec ma famille à Saint-Étienne chez ma belle-mère. On a passé le temps comme on pouvait, on a pas mal rigolé et occupé les enfants. Physiquement, je me suis entretenu comme je pouvais, jusqu'à ce que l'on nous annonce la fin de saison. À partir de ce moment-là, j'ai arrêté les footings et la préparation. C'est sûr que ça a été très long de ne plus jouer au football, et un petit peu difficile de sortir du quotidien. Mais bon, ça m'a permis de me recentrer sur ma famille et les enfants.

Vous aviez un programme à suivre au quotidien ?

Oui. Le préparateur physique du club nous envoyait un programme à suivre chaque semaine.

Êtes-vous déçu de ne pas être prolongé par Nancy ?

Oui forcément. J'aurais aimé prolonger à Nancy car j'étais bien dans ce club. Je me sentais très bien dans le groupe et ma famille appréciait la ville. On avait trouvé notre petite routine. Je suis déçu, mais c'est comme ça... Ça fait partie des aléas d'un footballeur. En faisant ce métier, on peut être amené à bouger assez souvent.

Savez-vous pour quelles raisons le club ne vous a pas proposé une prolongation ?

Je n'ai pas reçu de coup de fil, que ce soit de la part du club ou du coach. Justement, c'est ça le plus frustrant : ne pas connaître les raisons pour lesquelles le club ne m'a rien proposé. J'aurais même préféré que l'on me dise que je n'ai pas été performant cette saison, au lieu de me retrouver dans cette situation. Le club connait des difficultés financières. C'est peut-être pour cela que nous sommes plusieurs joueurs à être dans cette situation. On a un groupe WhatsApp, où l'on discute beaucoup. Il n'y a que deux joueurs en fin de contrat qui ont reçu une prolongation.

Quel bilan dressez-vous sur ces deux années passées à l'AS Nancy-Lorraine ?

La première année a été compliquée car je suis arrivé sans préparation étant donné que j'étais sans club. Ça a donc mis du temps à prendre et l'équipe aussi... On a fait un début de saison catastrophique et on s'est maintenu dans les dernières journées. Ça a été une saison assez difficile et éprouvante. Mais cette saison, nous avons été beaucoup plus réguliers. On reste sur notre faim car sans les blessures de nos joueurs ''cadres'', on aurait pu espérer mieux. Mais le bilan est quand même positif pour moi et sur le plan humain, j'ai rencontré des personnes formidables.

Vous n'avez évolué qu'en France depuis le début de votre carrière, quel challenge vous intéresserait pour la saison prochaine ?

J'aimerais bien partir à l'étranger. Entre rester en France et découvrir un championnat étranger, la décision serait vite prise. Ma femme a aussi envie de découvrir un autre pays, une autre culture. Pour nos deux enfants, ça peut être également bénéfique de découvrir un autre mode de vie, d'aller à l'école dans un autre pays. Je privilégierai donc plus l'étranger, après je prendrai ce qui viendra.

Avez-vous déjà été sollicité par certains clubs ?

Pour l'instant non, c'est calme. J'ai quelques pistes. Des agents téléphonent dans les pays où mon profil pourrait intéresser, mais il n'y a encore rien de concret.

« Même s'il commence à prendre de l'âge et que ce n'est plus tout à fait le Loïc Perrin des premières années, on ne peut pas laisser partir comme ça une légende du club. Ce n'est pas possible. »

Avez-vous des regrets de ne pas avoir pu évoluer plus longtemps à l'ASSE (2010-2012), votre club formateur ?

Oui. Ce qui est passé est passé, mais quand j'ai signé mon contrat professionnel à l'ASSE, je ne m'imaginais pas rester seulement deux saisons. Bien sûr que j'aurais préféré faire plus d'années dans mon club formateur et m'inscrire dans la durée.

Durant les deux saisons passées sous le maillot vert, quel joueur vous a le plus impressionné ?

Il y en a deux : Blaise Matuidi et Dimitri Payet. C'étaient deux monstres, chacun dans leur registre. Dimitri était vraiment un pur créateur, un finisseur et un joueur très technique. Et puis Blaise, c'était le travailleur de l'ombre, un incroyable bosseur au milieu de terrain. Ce sont de très grands joueurs. Leurs carrières le prouvent.

Continuez-vous à regarder les matches de l'ASSE ?

Bien sûr, l'ASSE, c'est mon club de cœur ! Étant du cru, je serai toujours supporter de l'ASSE. Je connais encore des gens là-bas, que ce soit dans l'équipe ou dans le staff.

Vous avez évolué deux saisons aux côtés de Loïc Perrin. Le club doit-il le prolonger ?

Même s'il commence à prendre de l'âge et que ce n'est plus tout à fait le Loïc Perrin des premières années, on ne peut pas laisser partir comme ça une légende du club. Ce n'est pas possible. Pour tout ce qu'il a fait au club, ce serait une récompense logique qu'il soit prolongé. Il le mérite amplement et ça reste un compétiteur. Je sais qu'il s'est bien préparé pour revenir en forme. Et dans un vestiaire, il apporte beaucoup de sérénité. Il sera toujours important pour le groupe, sur et en dehors du terrain.

Vous étiez encore à l'ASSE lorsque Stéphane Ruffier est arrivé dans le Forez en 2011. Peut-il retrouver sa place de titulaire ?

L'entraîneur fera ses choix, mais je trouve que Ruffier a eu une attitude un petit peu déplacée. À mon avis, ça va être compliqué pour qu'il retrouve sa place même si dans le football, tout est possible... Il suffit qu'il revienne avec d'autres intentions et ça peut repartir de l'avant.

Jessy Moulin a-t-il les épaules pour assumer son statut de numéro un durant une saison entière ?

J'en suis convaincu. Jessy n'a jamais eu sa chance à ''Sainté''. Ses dernières prestations en Ligue 1 ont été bonnes et je pense qu'il pourrait largement assumer le statut de n°1 la saison prochaine. S'il enchaîne et qu'il prend confiance, il va montrer son meilleur visage. C'est un très bon gardien.

Avez-vous confiance en Claude Puel ?

Puel va repartir de zéro et il aura toutes les cartes entre ses mains. Il va pouvoir recruter et faire des choix forts. C'est vrai qu'il est arrivé en cours de saison, avec des joueurs qui étaient déjà là. Les joueurs ont peut-être eu aussi un temps d'adaptation à sa méthode de travail. Avec lui, on sait que les jeunes vont avoir leur chance. Il y aura de la concurrence et ça ne peut être que bénéfique pour le groupe.

Cette saison, vous avez côtoyé deux Stéphanois : Vagner Dias et Makhtar Gueye. Estimez-vous qu'ils ont le niveau et qu'ils peuvent avoir un avenir à l'ASSE ?

Vagner et Gueye ont le niveau pour prétendre à une place dans l'effectif de l'ASSE. Ils ont montré de belles choses à Nancy. Vagner a marqué pas mal de buts et Gueye a apporté sa contribution lui aussi. Ce sont deux joueurs de qualité. Kenny Rocha Santos aussi, avec sa technique. A l'ASSE, s'ils effectuent la préparation avec les Verts, c'est à eux de tout faire pour montrer qu'ils méritent de jouer, de montrer au coach qu'il pourra compter sur eux.