ASSE – Le rendez-vous de Didier Bigard : « Laissez battre le cœur de Geoffroy-Guichard »

ASSE – Le rendez-vous de Didier Bigard : « Laissez battre le cœur de Geoffroy-Guichard »

Ancien responsable des sports au Progrès, Didier Bigard évoque le match poussif de l’ASSE contre Brest (1-1) et la répression envers les supporters.

« Les Ultras savent trouver les mots justes quand ils s’écartent du refrain qui lie la Ligue et les adversaires du jour, au risque de se voir traiter d’homophobes. C’est donc avec des termes plus consensuels et avec cette perspicacité qui les caractérise que ceux du kop sud ont résumé les premières journées de championnat, dimanche à Geoffroy-Guichard. En quatre banderoles, tout était dit. J1 interdiction de centre-ville à Dijon; J2 GG amputé d’une tribune; J3 match décalé au mercredi; J4 interdiction d’aller à Marseille. Le ras le bol est logique et les députés qui débattent de la vente d’alcool dans les stades peuvent méditer sur cette conclusion « Alors, la bière on s’en fout… on a surtout soif de libertés ».

Ce n’est pas un simple mouvement d’humeur, plutôt un profond ressentiment face à la gestion des groupes de supporters et du calendrier. Les autorités limitent le droit de se déplacer à coup d’arrêtés photocopiés, la Ligue ferme des tribunes selon ses propres lois, tout en proclamant qu’elle veut les remplir…

Le vœu pieux de Printant

Les acteurs, ceux qui sont sur le terrain, pas en visioconférence ou dans des bureaux climatisés à Paris ne comprennent pas, à l’image de Ghislain Printant interrogé sur l’absence des Magic Fans à cause de l’utilisation de fumis festifs en fin de saison. « C’est interdit. On ne devrait pas avoir ce débat, mais j’aimerais voir une étude réelle sur le nombre de gens blessés par des fumigènes. » La remarque fait tiquer, il en est conscient, se veut consensuel « Vous me direz qu’un blessé, c’est toujours un de trop, comme sur la route, mais on n’interdit pas de prendre sa voiture. Les fumigènes, c’est un certain charme du foot. Il faudrait arriver à trouver un compromis. Des tribunes vides, ce n’est pas bien pour l’image de notre football alors qu’on veut le développer. Il faut que ce soit une fête et on doit être reconnaissant des efforts que font les supporters pour animer le stade. Que les débordements soient sanctionnés, d’accord, mais pour les fumigènes, je reste mitigé parce que ça fait partie du folklore. »

Petits messages aux présidents

Face à la posture des uns et des autres, on qualifiera de pieux le vœu du coach mais il faudra bien trouver une solution plus intelligente que des sanctions répondant à ce qui passe pour des provocations, même quand ce sont des animations. On sourit d’ailleurs au souvenir des images diffusées lors de la convention Première ligue à Monaco fin mai pour vanter la MLS qui gère le football professionnel aux USA. On y voyait des spectacles pyrotechniques… Mais c’est vrai, ils sont organisés autant par le club que par les supporters et cela les Ultras n’en veulent pas. Preuve leur petit message à Bernard Caïazzo «BC, tu veux un club sans ambition dirigé par des Américains avec des supporters qui font des tifos en vert et blanc, mets tes parts dans l’OM ».

Le préfet a aussi eu droit à une réponse cinglante à une interview dans le Progrès « ER, plus on t’entend parler, plus on aime notre putain de silence » ce qui rend illusoire tout dialogue. Roland Romeyer, lui même, doit en avoir conscience. Il a du mal à convaincre même quand il met en avant les efforts consentis par les actionnaires «Cette année notre budget va dépasser les 100M€. Avec Bernard Caïazzo, cela fait trois saisons que nous sommes très ambitieux. On prend des risques financiers, on peut le dire ».

 Quatre mois sans les Verts pour le kop nord

Son problème, c’est que cela ne s’est pas traduit sur la pelouse devant des promus, alors que la cassure menace de se creuser et non plus seulement avec la Ligue et les préfets. On a entendu des sifflets dimanche et les joueurs ne se sont pas précipités pour saluer leurs supporters…

Grises retrouvailles donc, alors que les Verts ne s’étaient pas produits à Saint-Étienne depuis trois mois et que les abonnés de la Nord devront attendre quatre semaines de plus! On nous dira que cet été l’ASSE est allée à la rencontre de quelques fans en Amérique et en Angleterre. Oui, mais ce ne sont pas ceux là qui animent les kops et font battre le cœur de Geoffroy-Guichard. »

Didier BIGARD