ASSE – Le rendez-vous de Didier Bigard : « Les jeunes c’est peut-être l’avenir, mais en attendant… »

true

Selon Didier Bigard, l’ASSE prépare l’avenir, Claude Puel lançant plusieurs jeunes depuis son arrivée. Mais elle ferait bien de se soucier de son présent…

Trois tirs cadrés, trois buts. Stéphane Ruffier, le gardien de l’ASSE, a connu une première période cauchemardesque à Brest, dans la lignée des trois précédentes rencontres de championnat à Metz, face à Marseille puis à Montpellier. Seule la coupe avait éclairé sa cage à Nancy avec des sorties déterminantes en fin de rencontre alors qu’Epinal poussait fort. Mais c’était face à une formation de National 2 avec une qualité technique moindre. Les Stéphanois avaient surtout eu le mérite de répondre présent au duel physique proposé par les tombeurs de Lille.

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

Sans cette détermination, ils auraient subi le même sort que les joueurs de Christophe Galtier au tour précédent. Ils auraient dû s’en souvenir au stade Francis-le-Blé où ils ont pris une leçon dont les quarante-cinq minutes nous ont paru interminables. Pour réagir, il leur a fallu un quart d’heure de piqûre de rappel par le staff et un réajustement tactique qui est une remise en cause à la fois du dispositif initial et de ceux qui ont été incapables de l’animer. Deux en ont fait les frais, Yvann Maçon et Charles Abi. D’autres auraient pu rester au vestiaire, d’autres jeunes, la charnière Saliba – Fofana n’ayant pas rassuré.

Une pensée pour ceux qui critiquent Loic Perrin

Devant les faiblesses de l’axe pendant cette période nous avons eu une pensée pour tous ceux qui critiquent régulièrement Loïc Perrin. Nous avons aussi songé à ce que Claude Puel avait déclaré la veille, lors de son presse : « Dans l’axe, on a trois joueurs (Perrin, Saliba, Fofana) qui opèrent à un haut niveau, même s’il peut y avoir des erreurs de jeunesse, par exemple Wesley à Montpellier ». Il avait ajouté : «  Ils apprennent et j’espère qu’ils vont apprendre vite ».

Les actionnaires veulent faire du trading, le terrain rappelle la réalité

Dimanche, il a fallu une mi-temps aux jeunes pour justifier la confiance de leur entraîneur sans doute pas plus surpris que ne le serait Jean-Louis Gasset qui les lançait à dose homéopathique, jusqu’à ménager William Saliba. La donne devait changer. Suivant la volonté des actionnaires de tous les clubs de faire du trading, former pour revendre, la fiche de mission donnée au coach a évolué. Puel a été appelé pour ses qualités de constructeur quand Gasset l’avait été comme sauveur. Mais voila que le terrain rappelle chacun à la réalité. Les Verts sont dans la zone rouge.

L’ASSE est 16eme avec 30 points, dix derrière le 5eme Monaco, sept devant le premier relegable Amiens, deux devant Dijon éventuel barragiste. Pour mémoire, en 2018, après la 25eme journée l’équipe de Gasset était 14eme avec 30 points, huit de retard sur le 5eme, cinq d’avance sur le 18ème et premier relégable (Angers), puisque les présidents de la L1 n’avaient pas encore imaginé les barrages pour limiter leurs risques d’accident industriel.

A Brest, Abi a été inexistant

Parce qu’il y a deux ans, les Verts avaient su réagir pour finir septièmes à trois longueurs du 5ème, quelques optimistes regardent vers le haut. Nous, nous attendrons que les joueurs de Puel brise la spirale des défaites et ce ne sera pas facile parce que les jambes de ceux qui ont fait le job avec Gasset sont plus lourdes aujourd’hui, quand elles ne squattent pas l’infirmerie. Et que les jeunes sont tendres. À Brest, Abi a été inexistant, Fofana et Saliba ont été mis hors de position sur les trois buts bretons, Bouanga que Puel voulait voir redevenir aérien à été trop léger sans pour autant voler et Bilal Benkhedim n’a rien apporté. Quelles solutions pour remonter la pente? On ne va pas revenir sur les déséquilibres d’un effectif pléthorique mais qui manque de qualité technique. Puel sait faire passer ses messages tout seul. Ce n’est pas par hasard qu’il a souligné la cohérence du recrutement de Brest…

Didier BIGARD

Laurent HESS

Journaliste à But! depuis 2000