ASSE – Le rendez-vous de Didier Bigard : « Quantitativement riche mais… »

ASSE - Le rendez-vous de Didier Bigard : « Quantitativement riche mais... »

Didier Bigard, ancien responsable des sports au Progrès, analyse le début de saison de l’ASSE et son Mercato, sur lequel il pose certaines réserves.

« L’effectif de l’ASSE est-il de qualité? Le nombre est là comme la Coupe d’Europe l’exige, mais entre les blessures et un banc pas très convaincant, certains sont directement passés de l’avion au terrain. Pas évident pour être performants. David Wantier est satisfait. C’est ce qu’on comprend avec la longue interview qu’il a accordée à Macky Diong dans Le Progrès. « Entre le projet de Ghislain et ce que l’on avait imaginé, on a rempli les objectifs » assène -t-il, comme une réponse à la question que posait Laurent Canonico, deux jours plus tôt, sur TL7, la télévision de la Loire.

L’assurance du recruteur de l’ASSE ne clôt pas pour autant le débat. Il le sait si bien que dans le même entretien, il abat la carte de la prudence « La meilleure note, ce sera la position finale et notre parcours dans les différentes compétitions », tout en ouvrant le parapluie «avec l’expérience, je sais qu’il y a plusieurs facteurs qui entrent en ligne de compte pour faire qu’un joueur va plus ou moins bien réussir dans un club ». Il a raison et au-delà des problèmes liés aux blessures ou à des difficultés d’adaptation comme en a connu Selnaes, le rôle de l’entraîneur est capital. Wantier n’avance pas par hasard le nom de Printant en détaillant la construction de l’équipe. Le travail a été collectif, mais n’oublions pas pour autant que l’entraîneur stéphanois n’a pas eu l’attaquant qu’il voulait pour apporter vitesse et profondeur au jeu.

 Wantier a droit à un joker 

La raison de ce renoncement est connue, économique, même si Wantier se félicite de l’investissement des actionnaires « Les deux présidents nous ont suivis avec une validation financière, qui n’est pas la plus simple à trouver ». Pour recruter plus, il aurait fallu se libérer des contrats de Lacroix, Diousse et Diony, précisément une des tâches assignées à celui qui postulait pour remplacer Dominique Rocheteau comme directeur sportif. Bernard Caïazzo avait été clair « qu’il fasse ses preuves d’abord ».

Si la colonne départs garde des lignes qu’on qualifiera de surcharge en termes de finances au moins, Wantier peut faire remarquer que la balance transferts est plus que positive avec 45,5 m€ de ventes pour seulement 13m€ d’achats. De quoi d’ailleurs s’interroger sur ce résultat d’abord du départ de Saliba… Pour l’heure les questions sont aussi sportives avec « le pire début de saison depuis dix ans » rappelle Thomas Dutang dans le Progrès. Au delà des défaites on scrute les performances des nouveaux joueurs.

Mieux vaut s’armer de patience

Si Trauco a été bon face à Dijon, il a déçu à Marseille au contraire de Palencia, à la peine en matches  de préparation et surprenant au vélodrome. Moukoudi a, lui, été plutôt régulier, Aholou intéressant, Youssouf mieux au fil de ses rentrées, Bouanga sur courant alternatif, Boudebouz pas assez actif, Honorat et Sissoko en surnombre. Reste Cabaye dont on attend beaucoup, mais mieux vaut s’armer de patience, y compris avec Kolodziejczak. Et c’est là le problème. A peine débarquées de leur avion, les dernières recrues sont passées directement du tarmac au terrain avec des risques hélas avérés de soucis physiques pour Trauco ou Kolo, et en prime une rechute pour Aholou. Khazri, lui, n’a pas eu le temps de digérer la CAN… C’est ce que Wantier appelle les facteurs qui entrent en ligne dans la réussite d’un joueur.

Pourquoi cet empressement à mettre tout de suite des joueurs dans le bain vert? Sans doute parce que l’effectif est plus riche quantitativement que qualitativement, ce qui nous ramène à l’absence d’un élément offensif capable de faire basculer un match quand l’équipe tâtonne. « Aujourd’hui, quand vous parlez de Saint-Étienne à un joueur, il ne peut pas se montrer insensible » affirme Wantier. Si cela pouvait aider à convaincre un joker… »

Didier BIGARD