ASSE : les flops de l’ère Wantier, à qui la faute ?

true

L’ASSE s’est souvent trompée lors de ses derniers recrutements et David Wantier devrait en payer les pots cassés, sans être à l’origine de tous les flops.

Saidy JANKO

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

Le Suisse était en échec au Celtic. C’est David Friio qui l’a recommandé à l’ASSE, après l’avoir connu à Manchester United. Le latéral ne sera resté qu’un an, après avoir raté quasi tous ses centres et fini sur le banc. Wantier a même réussi une prouesse avec lui : le revendre 3 M€ au FC Porto, qui l’a aussitôt prêté à Nottingham Forest.

Léo LACROIX

L’ensemble des décideurs de l’époque se renvoient la balle pour le Suise, qui devait être le successeur de Moustapha Bayal. Alain Blachon l’aurait proposé sur les recommandations de… Rolland Courbis. Prêté à Bâle et Hambourg, le défenseur central termine son contrat en juin, tranquillement, sans jouer. Ni en L1 ni avec la réserve. Elle est pas belle, la vie ?

Cheikh M’BENGUE

En fin de contrat à Rennes, le Sénégalais aura été catastrophique à chaque fois qu’il a joué, avant d’être expédié en Chine dans le cadre du transfert d’Ole Selnaes, non sans avoir passé une année entière sans jouer, à 90 000€ mensuels, pour avoir provoqué deux défaites à Troyes et à Metz. Wantier avait soumis d’autres noms, comme celui du Suédois Alexandersson, finalement parti à Brême, mais c’est Christophe Galtier qui voulait enrôler l’ancien toulousain.

Alexandros KATRANIS

Un jeune latéral grec prometteur à moindre coût : Wantier pensait avoir fait un joli coup en obtenant la signature du latéral, convoité par Panathinaïkos, avec un contrat de 5 ans à la clé. Mais Katranis ne portera sans doute jamais le maillot vert. Prêté à Saint-Trond, qui l’a réexpédié six mois plus tard, il est retourné à Atromitos, pour un prêt de deux ans.

JORGINHO

Anthony Mounier ayant finalement tourné les talons, menacé de mort après sa signature, Galtier voulait un autre ailier et c’est Jorginho qui est arrivé sur les conseils de Wantier. Mais après avoir marqué lors de son premier match contre Lorient, le petit bissau-guinéen a montré ses limites. Et Wantier s’est mis à dos Galtier.

Bryan DABO

L’ancien montpelliérain était désiré par Galtier et Wantier a l’habitude de travailler avec son agent, qui est aussi celui de Bouanga, Kolodziejczak, Ntep, Polomat, Camara, Gueye, Rocha Santos et Vagner. Un bide.

Assane DIOUSSE

Autre bide, à 5 M€. A Empoli, Diousse avait pourtant brillé, et il avait fallu mettre le prix car il était dans le viseur de la Sampdoria, notamment. Un premier match prometteur avec l’ASSE contre Nice. Et derrière, la « cata » !

Henri SAIVET

L’ASSE n’avait pas souhaité lever l’option d’achat de Valentin Eysseric à l’issue de son prêt pour se faire prêter un autre milieu offensif : Henri Saivet, auteur d’une piètre saison lors de son passage dans le Forez. C’est Galtier qui l’avait fait venir, sur les recommandations de son éphémère adjoint de l’époque, René Lobello. Lequel avait connu le Sénégalais à Bordeaux.

Alexander SODERLUND

Robert Beric blessé, l’ASSE voulait un autre avant-centre pour pallier son indisponibilité. Et c’est Galtier qui a poussé pour recruter le colosse norvégien, repéré lors de la double confrontation avec Rosenborg en Ligue Europa.

Loïs DIONY

« Diony ? C’est pas moi c’est lui ! »… Personne ne veut endosser la responsabilité de l’arrivée de l’ancien dijonnais, pour 8 M€, le plus gros transfert de l’istoire de l’ASSE. Dominique Rocheteau avait piloté le dossier, validé par Oscar Garcia. Un Garcia qui n’aura pas pu recruter un seul joueur à son arrivée chez les Verts, avant de rentrer chez lui, à Barcelone, quatre mois plus tard.

Laurent HESS

Journaliste à But! depuis 2000