ASSE – L’instant Sainté : Claude Puel, à bonne température

true

Chaque jeudi soir, désormais, Benjamin Danet, directeur général de But! et supporter invétéré de l’ASSE, reviendra sur l’actualité plus ou moins récente des Verts.

On aurait presque tendance à l’oublier. A écarter, et même instinctivement, tout travers de Jean-Louis Gasset à la tête de l’équipe première de l’ASSE. Et pourtant…Bien avant que l’homme à la casquette (pas Elie Baup) se mue en icône du Forez, les premiers résultats épousaient, à regrets, ceux d’Oscar Garcia et de Julien Sablé, ses prédécesseurs.

Une défaite à Guingamp (1-2), une humiliation à Metz (0-3), ou encore un court revers à Nice (0-1), l’effet Gasset avait fait pschitt. Avant la Remontada, sauce cévenole, et une formidable demie-saison qui allait conduire nos Verts aux portes de l’Europe.

Le retour dans le temps n’aurait aucun intérêt, vous l’aurez compris, si nous n’espérions pas, à cette heure, un effet similaire avec Claude Puel. Ghislain Printant viré à l’automne, ce serait (déjà) Noël à Sainté avec la récente victoire face au voisin honni lors du traditionnel derby. Mieux, Diony aurait retrouvé un rôle, Boudebouz, des poumons, Abi, un avenir, et l’ASSE, une défense. Encore un ou deux succès et le miracle Puel nous emmènerait à Lourdes et nous assurerait la (re)naissance éternelle.

Aussi curieux que cela puisse paraître, rien ne permet de rire face à telle prédiction. Du moins aujourd’hui. Voilà pourquoi la semaine qui s’annonce s’avère passionnante. Avec un déplacement en Gironde, chez les amis bordelais (les supporters, pas les joueurs), et un match déjà crucial de Ligue Europa contre les Ukrainiens d’Alexandria. 180 minutes pour croire au miracle, deux matches capitaux en guise d’indices sur la réelle valeur de l’effectif.

Fidèle à ses principes, la modéré-taiseux Claude Puel se contente de rappeler notre club à davantage humilité. Et impose à ses joueurs de solides séances d’entraînements. Au regard de l’été, et des passe-droits accordés à certains cadres, l’attitude est bienvenue. Reste que tout autre résultat qu’une victoire à Bordeaux doucherait quelques espoirs. Et renverrait le cador supposé du banc de touche au rang de simple entraîneur de Ligue 1.

Rassurez-vous, on a qu’une semaine à attendre. Jeudi prochain, aux environs de 21 heures, le baromètre Claude Puel délivrera la bonne température.

Benjamin Danet