ASSE – L’instant Sainté : la rumeur Platini face à la Verte réalité

true

Chaque jeudi soir, désormais, Benjamin Danet, directeur général de But! Editions et supporter acharné des Verts, revient sur l’actualité plus ou moins récente de l’ASSE.

Elle est tombée hier, sous forme de (légère) secousse sismique sur les ondes de France Info. Une info, et quelle info, signée Jacques Vendroux, voix bien connue des amoureux de l’ASSE, époque seventies. Le défilé des Verts sur les Champs-Elysées, au lendemain de Glasgow, c’est lui. Nos soirées européennes collées au transistor, c’est encore avec Vendroux. Son amitié avec Michel Platini, jamais démentie, s’est bien entendu nourrie du passage de « Platoche » dans le Forez.

Logique, dès lors, d’attacher une certaine importance à l’assertion de l’ancien patron du service des sports de France Inter : « L’AS Saint-Etienne veut Michel Platini comme président. » Crédible ? Affirmatif. Parce que Vendroux, du fait de sa proximité avec l’ex numéro 10, est nécessairement au courant. Et que Platini, dont le nom claque à jamais comme un doux souvenir, ne manque guère de propositions. Possible ? On en doute. Et fortement, même. En cause : l’intérêt du job. Car l’ASSE, au-delà de son statut, son rang, et même son histoire, est dirigée depuis le terrain. Pas derrière un bureau. Par Claude Puel et Xavier Thuilot et non par une éventuelle légende de retour, déguisée en honorifique prête-nom.

Plus complexe est le cas de Roland Romeyer

Présider les Verts ? Classe. Honorifique même, mais superficiel. Et surtout moins glamour que les fauteuils de président de la FFF et/ou de la FIFA, prétendument visés par sa Majesté Platoche. Ultime obstacle, et non des moindres, l’organigramme actuel des Verts. Avec deux actionnaires majoritaires qui en cherchent désespérément un troisième. Platini à Sainté ne gênerait en rien Bernard Caïazzo, bien au contraire, lui qui passe l’essentiel de son temps loin du Forez. (Beaucoup) plus complexe est le cas de Roland Romeyer, viscéralement attaché au club et que certains se plaisent à qualifier de « fatigué » pour qu’il opère son retrait…

L’idée même de faire (re)venir Platini, qui nous a d’ailleurs été confirmée par un proche du club, renverrait Roro (c’est affectueux) aux oubliettes. Le souhaite-t-il, lui qui a longtemps prétendu vouloir prendre du recul ? On en doute. Voilà aussi pourquoi une toute dernière hypothèse n’est pas à exclure. Celle d’un club que ses deux hommes forts cherchent tout simplement à vendre. Dans de bonnes conditions et, surtout, avec l’assurance d’un successeur costaud au fort potentiel de développement. La présence, et le carnet d’adresses…, de Platini serait dès lors un précieux renfort. Ce qu’il était déjà, au fond, il y a plus de quarante ans, en quittant l’AS Nancy-Lorraine pour rejoindre le Forez. Peu importe que l’histoire soit belle, mais que, déjà, elle se répète….

Benjamin Danet