ASSE – L’oeil d’Adrien Ponsard : « Boudebouz n’y est pas du tout »

false
ASSE : sur quelle chaîne TV et à quelle heure voir le match contre Wolfsbourg ?

L’ancien attaquant de l’ASSE Adrien Ponsard s’inquiète des débuts difficiles de Ryad Boudebouz sous le maillot vert. Et de ceux de son coach, Ghislain Printant.

« On ne va pas tirer la sonnette d’alarme, ça ne fait que quatre matches. Mais je suis déçu. Ce n’est vraiment pas folichon. Heureusement qu’on a gagné à Dijon, qui n’a pas encore pris un point. Je trouve pourtant le recrutement intéressant. Cabaye, Aholou, Trauco, Kolo, Bouanga, Moukoudi, Palencia, c’est pas mal. La déception, c’est Boudebouz. Il est loin de remplacer Cabella. Dans le jeu, il n’apporte rien. Il joue en marchant. Khazri n’est pas dans le coup non plus mais au moins, il court !

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

Printant doit se méfier

A Marseille, Boudebouz a raté tous ses coups de pied arrêtés. C’est pourtant sa grande force. C’est dommage car on a de bons joueurs de tête. Mais il n’a pas mis un ballon dans les 18 mètres. Il doit se réveiller. C’est un bon joueur. Il peut faire beaucoup mieux que ça et s’il retrouve son niveau de Montpellier, il va beaucoup apporter. Les cadres de l’an dernier sont en dedans eux aussi, surtout M’Vila et Khazri. Je ne sais pas si c’est physique ou quoi. La suite le dira. Je pense que la trêve tombe bien. Les joueurs ont besoin de travailler, de se remplir, et de mieux se connaître. Il y a quand même eu beaucoup de changements. L’effectif a été renouvelé. Mon regret, c’est les jeunes. Pour l’instant, ils ne jouent pas. On n’a pas vu Abi, ni Benkhedim. J’espère qu’ils auront leur chance. Ils la méritent, ils ont montré de belles choses en Gambardella. Le petit Nordin ne joue pas beaucoup non plus alors qu’il avait fait une super fin de saison. On ne comprend pas trop certains choix, comme celui d’aligner Beric à Marseille. On sait bien qu’il ne sert à rien quand il n’est pas dans la surface adverse. Il faut faire confiance à Printant mais il doit se méfier. S’il n’a pas de résultats, les critiques vont commencer à fuser et il pourrait vite être menacé. »

 

Laurent HESS

Laurent HESS

Journaliste à But! depuis 2000