ASSE – L’oeil de Denis Balbir : « Robert Beric sur le banc, il faudra qu’on m’explique »

false

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l’actualité de la Ligue 1 et des Verts. Retour sur le match nul de l’AS Saint-Etienne, hier, face à Brest au stade Geoffroy-Guichard (1-1).

« Certains estiment depuis hier que l’ASSE a eu le mérite de revenir au score et que c’est un point positif. Je ne partage guère cette opinion. Avoir quatre points, après deux journées de Ligue 1, lorsque tu te déplaces à Dijon et que tu reçois un promu au stade Geoffroy-Guichard, c’est insuffisant. A l’image d’ailleurs du match disputé par les Stéphanois, hier après-midi. J’espère que les Verts ne vont pas retomber dans ce travers bien connu il y a quelques temps lorsque les joueurs ne parvenaient pas à bonifier un bon résultat. Les hommes de Printant, grâce à un excellent Ruffier, s’étaient imposés à Dijon, ils devaient en faire de même contre une équipe brestoise qui retrouve l’élite.

Au-delà du score, et des occasions des deux équipes, il y a un fait de jeu qui m’a vraiment interpellé. Lorsque Aholou se blesse et qu’il quitte le terrain, pourquoi Ghislain Printant ne fait-il pas reculer Wahbi Khazri et rentrer Robert Beric ? C’est incompréhensible. Les Verts sont annoncés dans le Top 5 de la Ligue 1, ont un effectif solide et reçoivent Brest à domicile en ne prenant pas de risques offensifs ! Résultat, Khazri, à court de compétition il faut le rappeler, rate son match, se fait siffler inutilement et Printant attend plus d’une heure avant de faire entrer Beric.

« Ce match face à Brest, c’est également une leçon pour le futur. Ghislain Printant doit réagir plus vite dans ses choix. Et surtout prendre plus de risques »

De toute façon, je ne comprends toujours pas l’attitude des différents entraîneurs des Verts au sujet de Beric. Il marque presque tous ses buts dans le chaudron, il est un excellent point d’appui devant, on le fait resigner il y a quelques mois et on continue de lui faire débuter les rencontres sur le banc de touche. Il faudra vraiment qu’on m’explique. Je signale, de plus, qu’on a fait sortir Hamouma alors que, justement, il fallait un peu de folie et des joueurs en attaque pour recoller au score.

Ce match face à Brest, c’est également une leçon pour le futur. Ghislain Printant doit réagir plus vite dans ses choix. Et surtout prendre plus de risques. D’ici la fin du mercato, beaucoup de supporters estiment que l’ASSE doit mettre le paquet sur un nouvel attaquant. Je ne le pense pas.

Il me semble plus judicieux, si c’est possible, de faire un effort au milieu de terrain. Et peut-être aussi se dire que le pendant de M’Vila se trouve peut-être déjà au club. Car à Sainté, on entend toujours les dire qu’il ne faut pas se séparer des jeunes. Ok ! Mais Nancy a récupéré trois vainqueurs de la Gambardella, dont Vagner qui plante but sur but, et les autres ne sont toujours pas dans le onze de départ. Ca aussi, ça m’échappe. Plutôt que de prendre des risques financiers, pourquoi ne donne-t-on pas sa chance aux jeunes du centre de formation ? Soit ils ne sont pas au niveau et on les laisse partir, soit on dit qu’ils sont l’avenir, qu’ils ont signé un bel exploit en gagnant la Gambardella et on leur donne leur chance. Or, ce n’est pas le cas. »

Recueilli par Benjamin Danet