ASSE – Mercato : Assou-Ekotto raconte les coulisses de son arrivée

A l’occasion d’un entretien qu’il nous a accordé pour Maillot Vert, Benoît Assou-Ekotto est revenu sur son arrivée dans le Forez au début de l’été.

« Mon agent a évoqué l’intérêt de l’AS Saint-Etienne, pour la première fois, au mois de janvier », glisse l’intéressé : « J’ai eu quelques propositions exotiques mais le contact avec l’ASSE a toujours été maintenu. Au début, j’appréhendais de revenir en France. Cela faisait longtemps que j’avais quitté le championnat français. Entre mon année de deuxième division anglaise et mon année blanche, je n’ai pas pris énormément de plaisir. Deux options se présentaient à moi : jouer au foot dans un pays exotique pendant deux, trois ans et gagner beaucoup d’argent ; ou se faire plaisir encore un peu sans penser à l’argent. J’ai choisi la seconde option. Je ne suis donc pas venu à l’ASSE pour l’argent mais pour le foot.»

« J’ai eu un sentiment bizarre »

Un choix qui tient beaucoup en la relation spéciale qu’il a pu entretenir avec les dirigeants stéphanois … En opposition totale avec ce qu’il connaissait à Tottenham : « J’ai rencontré le président de l’ASSE, Roland Romeyer, son directeur général, Stéphane Tessier, et l’entraîneur, Christophe Galtier. Ensemble, nous avons discuté deux heures. En ressortant, j’ai eu un sentiment bizarre. Pour la première fois de ma carrière, j’ai rencontré le président, l’entraîneur et un directeur avant de signer mon contrat. A Tottenham, en trois prolongations de contrat, je n’ai jamais croisé le président Levy. Il parlait avec mon agent et m’envoyait une secrétaire pour signer. Il n’a jamais pris la peine de me voir. Le contraste est énorme entre un président businessman et un président chaleureux, tactile et qui a l’amour de son club. C’est l’une des choses qui a fait pencher la balance en faveur de l’ASSE. »

Recueilli par Alexandre CORBOZ