ASSE – Mercato : les 4 vérités de Franck Tabanou

Arrivé mercredi à Saint-Étienne où il doit s’engager aujourd’hui sous forme d’un prêt sans option d’achat, Franck Tabanou a lâché quelques vérités à l’égard de Swansea, dans L’Équipe. Morceaux choisis.

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

Swansea, un projet qui va dans le mur

Je ne comprends pas ma situation et je pense que, si j’étais resté, elle n’aurait pas évolué. Le club est dans une situation pas terrible (à un point du premier relégable) et, malgré ça, on ne m’a jamais fait jouer. Au départ, on m’a dit que c’était par rapport à leur façon de défendre. Moi, je joue plutôt avec ma tête au niveau du placement et tout ça. Eux, c’est l’attaque, quitte à laisser pas mal d’espaces. Tactiquement, ils ne sont pas au top. Tu as ton joueur, ça va être ton fight jusqu’à la dernière minute. Ce n’est pas ma façon de jouer.

L’ASSE une régression ? Allez demander à Guilavogui et Trémoulinas

Revenir ici une régression ? Non. Une régression, c’est quand on a joué quelque part et qu’on a échoué. Moi, ça n’a pas été mon cas. Ici, je sais que je vais me régaler. « Josh » (Guilavogui) aussi est revenu et, aujourd’hui, il s’éclate à Wolfsburg. Pareil pour « Trech » (Trémoulinas) qui avait été parmi les réservistes lors du dernier Mondial. Ici, tout est réuni pour réussir.

Dans quelle condition physique arrive-t-il ?

Mon idée, c’était de reprendre du plaisir. Alors, autant le faire dans un endroit que je connais. Ici, il n’y aura pas de temps d’adaptation. Rien ne remplace le rythme des matches, mais j’ai quand même travaillé là-bas. Je verrai avec le coach quel est mon programme. J’espère être prêt le plus rapidement possible. J’ai besoin de jouer pour être heureux.

Une bonne expérience au point de vue mental

J’étais parti à Swansea pour franchir un palier, mettre un pied en Premier League et, pourquoi pas, aller plus haut ensuite. J’aurais peut-être pu faire plus d’efforts mais j’attendais aussi un effort de leur part. Ce que je regrette, c’est de ne pas avoir eu ma chance. À la limite, si j’avais été nul et qu’on m’avait retiré de l’équipe, O.K. Mais là, même pas. Je me suis endurci…