ASSE – Mercato : les grands travaux de Puel commenceront en janvier

false

L’ASSE a vécu un début de saison difficile sous l’ère Ghislain Printant.Mais Claude Puel n’aurait pas débarqué sans cette mauvaise passe…

En un mois, l’ASSE est passée de la 20e à la 4e place de la L1. Un redressement spectaculaire qu’elle doit avant tout à Claude Puel. Le Castrais est invaincu depuis qu’il a succédé à Ghislain Printant début octobre, en sept matches. Au sein du club, on se félicite évidemment du choix opéré. « Jamais je n’aurais pu imaginer pouvoir faire venir un entraîneur du niveau de Claude Puel », avait dit Roland Romeyer lors de la présentation officielle de l’ancien monégasque.

Cette arrivée n’aurait pas été possible au printemps, quand le duo d’actionnaires s’était tourné vers Printant pour prendre la relève de Jean-Louis Gasset. En effet, s’il était libre depuis son départ de Leicester, Puel ne voulait pas revenir en France. Il était attiré par une nouvelle expérience à l’étranger, après Leicester et Southampton, et avait notamment été approché par le Milan AC et Valence. En vain.

En interne Thuilot fait son audit du club

La donne a changé au sortir de l’été et Puel a accepté de relever le challenge en imposant Xavier Thuilot, qu’il avait connu à Lille, à la direction générale du club. Les deux hommes ont également intégré le Directoire.

En interne, Thuilot est considéré comme « une pointure ». Il s’est installé sans faire de bruit, en étant très discret médiatiquement. Sa priorité, pour l’heure, est de prendre le plus de renseignements possibles sur le club, son fonctionnement. Son travail au LOSC avait été apprécié par Bernard Caiazzo. « C’était l’un des rares à oser s’opposer à Jean-Michel Aulas », avait expliqué le président du conseil de surveillance.

Une mission importante pour Wantier

Avec Puel sur le banc et Thuilot à la direction générale, l’organisation a changé. Cet été, c’est le trio Romeyer-Printant-Wantier qui était aux manettes. Frédéric Paquet était encore là mais son départ était acté. Aujourd’hui, Romeyer est réduit à son rôle d’actionnaire. David Wantier, dont le nom avait été évoqué pour prendre la suite de Dominique Rocheteau à la direction sportive, un rôle que Caiazzo envisageait de confier à Olivier Pickeu (Angers), fait toujours partie de l’organigramme, en qualité de responsable du recrutement. Selon nos informations, il lui a déjà été confié comme mission principale, cet hiver, de « sortir » des joueurs. Puel a expliqué qu’il voulait réduire son groupe. Des éléments comme Loïs Diony, Assane Diousse et Léo Lacroix devraient être concernés, mais pas qu’eux. Et si Wantier sera un peu mieux évalué sur le travail opéré en janvier, c’est l’ensemble des salariés du club, éducateurs comme joueurs, que le duo Puel-Thuilot apprend à mieux connaître depuis son arrivée. Pour mieux définir avec qui il continuera de travailler, sur du plus long termes.

Laurent HESS

Laurent HESS

Journaliste à But! depuis 2000