ASSE – Mercato : Puel enterre un rêve inaccessible des supporters

true

Interrogé dans L’Équipe, l’entraîneur de l’ASSE Claude Puel admet qu’il n’aura plus les coudées franches pour recruter cher au mercato.

Claude Puel a mis les choses au clair. Longuement interrogé dans L’Équipe, l’entraîneur de l’ASSE a fait savoir qu’il croyait toujours au projet stéphanois et ce n’est pas en raison de la morne saison qu’il vient de traverser qu’il va changer son fusil d’épaule.

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

En résumé, l’ancien coach du LOSC entend mener à bien la mission qu’il s’est lancée dès son arrivée à l’ASSE : lui redonner ses lettres de noblesse. La tâche, immense, risque de lui prendre du temps en raison de certains soubresauts liés à la crise sanitaire mais aussi à la nouvelle politique de recrutement du club forézien.

« Le club reste solide mais il doit essayer de diminuer la masse salariale. Les transferts à 4 ou 5 M€ ne seront plus possibles. Le premier acté avant ma venue, celui de Kolodziejczak, sera sûrement le dernier de cette ampleur cette saison. J’accepte cette contrainte économique car je sais où en est le club. Le précédent projet a impacté les possibilités de passer vite à un autre », a-t-il fait remarquer; en lâchant au passage une petite pique à l’équipe technique qui a devancé la sienne. 

« Cela prendra 2 ou 3 ans pour retrouver une normalité »

Le Castrais en a profité pour marteler ses craints vis-à-vis des OPA des clubs étrangers sur certains talents de L1. Notamment à l’ASSE. « Notre football est un laboratoire pour les quatre autres grands championnats, poursuit le coach des Verts. Nos clubs mettent les joueurs sur la table et disent aux étrangers : “Servez-vous !” On subit le mercato et on le paie en Coupe d’Europe. On chamboule nos effectifs et quand ils sont en place, on est déjà éliminés. Si un joueur part, on doit être en capacité de répondre à une certaine attente, sans y être imposés, par un jeune ou en recrutant. On est dans une situation qu’on arrivera à maîtriser en redonnant un équilibre sportif et financier. Cela prendra deux ou trois ans pour retrouver une normalité. »