par Alexandre Corboz

ASSE – Mercato, qui est Yvan Neyou, la dernière recrue des Verts ?

Il y a dix jours, l'ASSE a annoncé une petite surprise avec le prêt avec option d'achat d'Yvan Neyou (milieu, 23 ans), débarqué de la réserve de Braga (D3 portugaise). Présentation.

« C'est un joueur qui a des qualités techniques très intéressantes (...) On essaye de trouver des jeunes qui nous semblent avoir un certain talent et qui financièrement, n'ont pas un gros impact ». A l'issue d'ASSE – OGC Nice (4-1), Claude Puel ne s'est pas trop étendu sur le profil de son ultime recrue Yvan Neyou, arrivé en prêt et pour presque rien de la réserve de Braga (Portugal), un club où il évoluait depuis 2018. Si le Castrais a rapidement jonglé la question, c'est aussi pour ne pas avoir à répondre à certaines questions. Notamment sur le fait qu'Yvan Neyou soit représenté par son gendre... Comme Kleeyvens Hérelle, l'éphémère attaquant arrivé l'hiver dernier d'Avranches (National 1) et déjà reparti du Forez.

« En National 1, il était fin comme une baguette »

Pour autant, rien n'indique d'Yvan Neyou ne soit seulement à Saint-Etienne que grâce au « piston » du manager général. Non, il s'agit plutôt d'un profil qui collait aux souhaits de Puel à l'instant t. Certes, le natif de Douala n'a pas réussi lors de son passage au Portugal mais il n'est pas un total inconnu des recruteurs français. Passé par l'INF Clairefontaine dans la même promotion que Saint-Maximin, Nkunku ou Harit, Neyou avait fait le choix du centre de formation de l'AJ Auxerre. Trois ans en Bourgogne jusqu'à l'équipe U19 puis un départ à Sedan. Un choix qui lui permet de se confronter rapidement au National 1. Une division qu'il découvre d'ailleurs sur quelques matches en mai 2016 sous la houlette d'un ancien sélectionneur des Bleus, Roger Lemerre.

C'est lors de l'exercice 2016-17 qu'il s'impose vraiment chez les Sangliers... Avec l'arrivée sur le banc du nordiste Colbert Marlot. L'ancien éducateur du RC Lens n'est d'ailleurs pas spécialement surpris de le voir débarquer aujourd'hui dans le Forez : « J'ai vu passé beaucoup de joueurs et le petit Neyou avait des qualités pour le haut niveau. Il avait de gros points forts, notamment au niveau de sa technique en mouvement et de sa qualité de percussion. En revanche, il avait vraiment besoin de se remplir physiquement. Il était fin comme une baguette. A Sedan, je le faisais davantage jouer sur un poste de milieu offensif ou de joueur de couloir. Aujourd'hui, je vois qu'il s'est imposé en N°6 ou N°8. J'en déduis qu'il a mis à profit ces trois ou quatre dernières années pour gagner en volume athlétique ».

A Sedan, il ne joue finalement qu'une demi-saison complète avant de partir au Stade Lavallois en janvier 2017. En Mayenne, il reste un an et demi à cheval entre la Ligue 2 et le National 1, fréquente trois entraîneurs différents (Marco Simone, Jean-Marc Nobilo, Thierry Goudet) pour un bilan mitigé. Une expérience dans un club instable, en crise permanente, qui le pousse à changer d'air à l'été 2018.

Un potentiel bien supérieur à la D3 portugaise

Originaire de Castres et coéquipier de Neyou à Braga, Anthony Correia a évoqué le milieu de terrain camerounais qu'il compare à un mini-Pogba, toutes proportions gardées, sur le site "Poteaux-Carrés" : « C’est un milieu de terrain très technique. Yvan joue tranquillement, sereinement, même quand il est sous pression. Il a les deux pieds. C’est un droitier mais je trouve qu’il se débrouille très bien avec le pied gauche. Il met le ballon où il veut. C’est un joueur actif, un box to box. C’est davantage un numéro 8 qu’un numéro 6 (…) Physiquement, il est présent quand il faut. C’est un joueur plus longiligne que costaud mais il a de la force ».

Comme Colbert Marlot, Anthony Correia n'est pas surpris du choix de l'ASSE avec Neyou : « Je savais que tôt ou tard il allait faire le saut. Pour l’avoir côtoyé au quotidien, ça se voyait qu’il avait le potentiel pour évoluer bien au-dessus de la 3e division portugaise ». Dépeint par ceux qui l'ont côtoyé comme quelqu'un de discret, à l'écoute mais également de très sain au niveau de l'état d'esprit, Yvan Neyou a souvent fait l'unanimité où il est passé. Colbert Marlot est d'ailleurs convaincu de sa réussite : «  Je suis persuadé que Claude Puel va en tirer le maximum. A 23 ans, il n'est pas encore trop tard. Certains arrivent au haut niveau en passant par l'autoroute. D'autres sont obligés de prendre les lacets de montagne ».

Alexandre CORBOZ