ASSE – Mercato : Ruffier, les freins à son départ

true

Alors que Claude Puel a officialisé que Jessy Moulin débuterait la saison prochaine comme titulaire, Stéphane Ruffier pourrait tout de même honorer sa dernière année de contrat à l’ASSE. Et ce pour de multiples raisons.

Claude Puel l’a officialisé : Jessy Moulin sera le gardien n°1 de l’ASSE la saison prochaine. Quant à Stéphane Ruffier, la porte est ouverte… « Stéphane possède encore un an de contrat et je respecterai sa décision. On étudiera, s’il le souhaite, toute possibilité qui peut se présenter. »

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

Il a un gros salaire et ne fera aucun cadeau

Toutefois, pas sûr que Ruffier quittera facilement le Forez. Le Basque n’a pas l’intention de faire de cadeaux aux dirigeants stéphanois, lui qui jouit d’un gros contrat. Son salaire le rend inaccessible pour la plupart des clubs de L1, hormis les gros, où les places sont rares. Et sa saison ne jouera pas en sa faveur. A 33 ans, l’ancien monégasque a réalisé ces derniers mois des prestations qui laissent à penser qu’il est sur le déclin, perdant sa place au profit de Moulin après avoir affiché les pires stats de sa carrière. Il restait sur 6 buts encaissés lors des 8 dernières frappes cadrées advèrses avant que Puel ne décide de le remplacer…

 

Son caractère ne joue pas en sa faveur…

Alors qu’un haut dirigeant stéphanois nous confiait récemment que l’ASSE n’avait jamais reçu la moindre offre pour Ruffier, arrivé au club en juillet 2011, l’ancien international semble pâtir de sa réputation de « tête brûlée ». Et les sorties médiatiques de son agent cet hiver ne peuvent que refroidir encore un peu plus ceux qui voient en lui un élément difficile à gérer. Son nom revenait du côté de Montpellier selon certaines sources mais Mohamed Toubache-Ter, spécialiste des transferts et proche du MHSC, s’est inscrit en faux, tout en glissant un tacle à Ruffier. « A Montpellier, les joueurs bossent, on n’accepterait pas de voir un mec te dire « ce matin, je reste en salle, je veux pas m’entraîner ». ça ne colle pas », a posté l’insider sur Twitter.

… et son jeu au pied non plus

Autre frein : la tendance des clubs à chercher des gardiens qui sont bons dans le jeu au pied, ce qui n’est pas la qualité première de Ruffier, est de plus en plus prononcée. C’est ce qu’a confirmé Jérémie Janot, l’actuel entraîneur des gardiens de Valenciennes (L2), dans un entretien au podcast stéphanois Dessous de Verts. « A Valenciennes on a pris Jérôme Prior, personnellement il m’a bluffé par son jeu au pied exceptionnel. Il a des statistiques énormes en termes d’arrêts, 85% c’est fabuleux, c’est le gardien qui a pris le moins de buts en Ligue 2. Mais moi, là où vraiment j’adore son jeu, c’est qu’au pied il trouve les solutions, il arrive à nous sortir de situations complexes, il trouve des joueurs à l’opposé, dans l’interligne. C’est hyper important. Quand t’es sur le banc et que tu vois ça, ça change ta philosophie. »

Et à Janot d’ajouter : « Le jeu au pied est devenu primordial pour un gardien. Si sur les phases offensives, ton gardien se transforme en onzième joueur et que l’autre gardien ne le fait, ben t’es à onze contre dix ! Parfois ça paraît anodin, mais le gardien trouve un décalage et ça crée un temps fort pour son équipe. Tous les recruteurs avec qui je discute cherchent ce profil, un bon gardien sur les phases défensives qui sait être aussi un onzième joueur sur les phases offensives. » Pas franchement bon signe pour Ruffier, donc…