ASSE : Mercato, résultats, derby… Notre liste au père Noël

Nöel, c’est ce week-end. Le moment pour “But! Saint-Etienne” de faire sa liste pour les Verts.

Un attaquant au mercato

C’est bien évidemment en attaque que l’ASSE a le plus souffert lors de la première partie de la saison. Avec Robert Beric régulièrement blessé, Alexander Söderlund incapable d’enchaîner les matches et Nolan Roux en panne d’efficacité, il est indispensable que le club se renforce devant. Quel que soit le profil, attaquant pivot, “neuf et demi”, joueur de profondeur ou de surface voire ailier, si le père Noël pouvait apporter un attaquant de bon niveau au mercato, il ferait un joli cadeau à Christophe Galtier et à l’ensemble du peuple vert. Bernard et Roland, on ressort le chéquier ?

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

Un latéral gauche

Avec les départs de Franck Tabanou, Jonathan Brison et Benoît Assou-Ekotto, l’ASSE a décidé à l’intersaison de miser sur le duo Cheikh M’Bengue-Pierre-Yves Polomat au poste de latéral gauche. Un poste maudit lors des premiers mois puisque M’Bengue et Polomat se sont blessés, tout comme les autres joueurs qui y ont dépanné (Florentin Pogba, Ronaël Pierre-Gabriel, Kévin Théophile-Catherine). Depuis que les spécialistes sont de nouveau opérationnels, ni l’un ni l’autre ne donne satisfaction. Un renfort à ce poste serait donc bienvenu cet hiver, surtout si Galtier souhaite privilégier un système à trois défenseurs centraux lors de la deuxième partie de saison.

Un guérisseur

L’ASSE déplorait pas moins de six absents lors de son déplacement à Lorient samedi dernier. Le club a été confronté lors de la première partie de saison à une cascade de blessures inédite, avec notamment ce match à Nantes où quatre joueurs se sont blessés. Difficile de savoir les causes exactes de cette hécatombe et nous n’avons pas les compétences pour juger celles du staff médical ou des préparateurs physiques. L’hygiène de vie des joueurs ? Pas assez d’éléments pour se prononcer non plus. Mais si vous connaissez un bon guérisseur, père Noël, un marabout, on peut vous donner l’adresse du centre d’entraînement de L’Etrat…

Un fonds de jeu

C’est à ce niveau que les critiques ont été les plus virulentes depuis le début de la saison. Elles l’étaient déjà lors des saisons précédentes. Souvent taxé d’entraîneur défensif ou frileux, Galtier ferait exprès de faire mal jouer son équipe… Ce n’est pas le cas, évidemment, et le coach des Verts est le premier malheureux du piètre spectacle que proposent trop souvent ses joueurs. Mais il est vrai que l’on s’embête à regarder l’ASSE jouer bien trop souvent. Et on commanderait volontiers un fonds de jeu pour Noël, du spectacle et des buts à la pelle. Père Noël, mettez-nous donc dans votre hotte des mi-temps comme la deuxième à Anderlecht.

De bons jeunes

Loin de nous l’idée de critiquer la formation stéphanoise. Avec les Loïc Perrin, Bafé Gomis, Josuha Guilavogui, Faouzi Ghoulam, Kurt Zouma et autres Allan Saint-Maximin, celle-ci a fait ses preuves. Mais on aimerait voir pointer quelques jeunes capables de s’installer dans l’équipe, une relève, une vraie. Ronaël Pierre-Gabriel et Arnaud Nordin ont été lancés mais, pour l’instant, le doute subsiste sur leur réel niveau. Encore tendres, dirait-on. Des jeunes, de bons jeunes, encadrés par des joueurs de niveau international : c’est comme ça que l’on conçoit l’ASSE, non ?

Une équipe type

Aucune équipe type ne se dégage chez les Verts à la mi-saison. Est-ce normal ? Robert Herbin a critiqué le turnover de Galtier, estimant qu’il nuisait aux automatismes de l’équipe. C’est une vérité. Certes, les changements de joueurs et de systèmes de jeu sont dictés par leur forme, la fatigue et les blessures mais on commande une équipe type à Noël. Ce serait bon signe d’en avoir une rapidement. Ça voudrait dire que des joueurs se sont imposés. Pour l’instant, on ne voit guère que six joueurs qui peuvent être considérés comme des “titulaires” à part entière, indiscutables à leur poste : Stéphane Ruffier, Loïc Perrin, Kévin Malcuit, Ole Selnaes, Romain Hamouma et Robert Beric. C’est trop peu.

Un exploit en Ligue Europa

Tout le monde rêvait d’une confrontation ASSE-Manchester United en 16es de finale de Ligue Europa. Le tirage au sort a fait que cette affiche, on l’a. Elle va donner un joli coup de projecteur. Les Verts n’auront rien à perdre. Ils vont se mesurer à des “Red Devils” qui viennent d’enchaîner trois victoires en championnat, à Zlatan, Pogba, Rooney et Mourinho. Ce sera vite là : c’est dans moins de deux mois.

L’Europe en 2017-18

Trois ans que l’ASSE dispute la Ligue Europa. Elle est sortie des poules pour la deuxième année de rang. C’est beau. Mais une saison sans Europe l’année prochaine, ce serait fade. Ça n’aurait pas la même saveur. On s’est habitués. On y a pris goût. C’est là que l’ASSE doit figurer, même si elle n’a pas le budget pour y être chaque année, normalement. C’est en ce sens que les critiques, de plus en plus nombreuses sur le travail de Galtier, devraient être bien plus mesurées. Les Verts jouent mal mais ils sont européens chaque année depuis quatre ans. C’est un fait, non ?

Une Coupe de France

Trente-cinq ans que les Verts n’ont plus soulevé la Coupe de France. Et comme pour la Coupe de la Ligue, c’est déjà fini…

Une victoire dans le derby

Celle de l’an dernier avait été jouissive, avec ce but de Söderlund contre le cours du jeu, deux mois après le 0-3 encaissé à Gerland avec la blessure de Beric. Défaits au Parc OL sans avoir démérité, les Verts auront une nouvelle revanche à prendre début février. Le rendez-vous est pris.

Laurent HESS, correspondant à Saint-Etienne

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008