ASSE : rupture, Ruffier, scandale… Pierre Ménès balance sur les Verts

true

Pierre Ménès ne peut contenir son inquiétude quant à la situation de l’ASSE, qui pointe à deux points de la zone rouge après sa défaite à Brest dimanche (2-3).

L’ASSE continue sa descente aux enfers. Après la défaite hier à Brest (2-3), les Verts ne comptent plus que deux longueurs d’avance sur le Dijon FCO, actuel 18e du classement de Ligue 1. Ce matelas s’allège journée après journée et pourrait encore diminuer dimanche avec la réception du Stade de Reims à Saint-Étienne (15h).

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

Ménès voit un Ruffier « au bout de sa vie »

Pierre Ménès n’a pas caché son inquiétude ces dernières semaines sur la situation de l’ASSE, où il n’est plus tendre à l’égard de Claude Puel. Stéphane Ruffier est aussi un cas préoccupant à ses yeux. « Le calvaire se poursuit pour les Verts, menés 3-0 à Brest à la mi-temps sur des buts de Lasne, Charbonnier et Cardona, inscrits face à une défense apathique et un Ruffier qui a l’air d’être au bout de sa vie, lâche le consultant de Canal+ sur son blog. Puel se raccrochera peut-être aux branches en disant que son équipe a bien réagi en seconde période, même si le penalty qui lui a été accordé est un scandale. »

« Je rappelle que Sainté a un budget de 100 M€ cette année »

Au-delà des performances sportives, Ménès dresse un tableau noir sur les coulisses de l’ASSE, où les tensions sont apparues avec la gestion rigoureuse de Puel. « Je rappelle à toutes fins utiles que Sainté a un budget de 100 M€ cette année et se retrouve à deux points de la place de barragiste. Je veux bien que Puel prépare la saison prochaine, mais il serait temps de s’inquiéter du fait que ce grand changement ait bien lieu en Ligue 1, poursuit-il. Ce n’est pas trahir un secret que de dire qu’il y a une rupture entre les anciens du club et Puel. Ce dernier donne leur chance aux jeunes, pourquoi pas. Le (gros) souci, c’est que sur ses onze derniers matchs, Saint-Étienne en a perdu neuf. Dans ces conditions, la situation me paraît gentiment intenable. »

Bastien Aubert

Journaliste à But! depuis 2013