ASSE : Ryad Boudebouz a encore des choses à (se) prouver

ASSE – L'oeil d'Adrien Ponsard : « Boudebouz n'y est pas du tout »

Ryad Boudebouz vient à l’ASSE pour remplacer Rémy Cabella. Il portera le même maillot, le numéro 7. L’Algérien (29 ans) a confié qu’il avait une revanche à prendre sur lui-même après son passage raté en Espagne.

But : Ryad, cela faisait quelque temps que votre nom circulait à l’ASSE…

Ryad BOUDEBOUZ : Oui, c’est vrai. J’ai connu Ghislain Printant et Jean-Louis Gasset. On s’était super bien entendus. En plus, je regardais les matches la saison dernière. Ça jouait bien. Et il y a le public aussi. Tout cela me faisait envie. En plus, c’est un club historique. Ça attire.

Vous sortez de deux saisons difficiles en Espagne. Vous venez pour vous relancer ?

Bien sûr. J’arrive avec l’envie de jouer, de retrouver mon meilleur poste, derrière l’attaquant.

Vous n’avez pas joué à ce poste au Betis Séville et au Celta Vigo ?

Avant de signer au Betis, on m’avait dit que je jouerais en 8 ou en 10 mais dès les premiers matches j’ai joué à droite. Je peux le faire, je suis polyvalent. Mais là où je me sens le mieux, c’est dans l’axe. Je peux mieux donner de bons ballons.

« J’ai connu Romain Hamouma à Sochaux, au centre de formation. J ‘ai joué avec Wahbi Khazri à Bastia et j’ai aussi des affinités avec Loïs Diony et Denis Bouanga. C’est plus facile de s’intégrer. »

Vous êtes revanchard ?

Oui, surtout par rapport à moi-même. J’ai envie de me prouver des choses.

Lesquelles ?

Que je peux retrouver mon meilleur niveau. Que je suis toujours capable de marquer, de faire marquer les attaquants. Je remplace Rémy Cabella qui a fait de très belles choses ici. J’espère en faire de très belles moi aussi.

Vous allez aussi remplacer Cabella dans le vestiaire, pour mettre l’ambiance ?

On a ça en commun, c’est vrai. J’aime bien rigoler moi aussi. Mais je ne suis pas Rémy Cabella ! Je suis Ryad Boudebouz. Je viens comme je suis.

Vous connaissez certains joueurs ?

Oui, bien sûr. J’ai connu Romain Hamouma à Sochaux, au centre de formation. J ‘ai joué avec Wahbi Khazri à Bastia et j’ai aussi des affinités avec Loïs Diony et Denis Bouanga. C’est plus facile de s’intégrer. Ça se passe très bien.

Quels objectifs vous êtes-vous fixés ?

J’espère être le plus efficace possible, retrouver mon meilleur niveau.

Physiquement, où en êtes-vous ?

Ça va. Je suis bien. Je ne jouais pas beaucoup au Betis mais je m’entraînais dur. Je suis bien.

La Liga est différente de la L1 ?

Oui. C’est plus tactique, plus technique. Ici, c’est plus basé sur le physique.

La Ligue Europa a pesé dans votre décision ?

C’est un plus. C’est une belle compétition. J’ai pu la découvrir avec le Betis même si je n’ai pas beaucoup joué. J’ai fait les voages. On voit moins la famille quand on joue l’Europe !

Vous vous attendez à quelle saison ?

A une saison où les matches vont s’enchaîner. On sait que ça va être très dur. Il faudra bien se reposer, faire attention à l’hygiène de vie. Mais depuis que je suis arrivé, je vois que tous les joueurs sont capables d’entrer dans l’équipe et de bien figurer. C’est bon pour la concurrence.

Ce sera difficile de faire aussi bien que la saison passée…

Oui, 4e, c’était bien pour « Sainté ». On sait qu’il y a de très bonnes équipes en L1. Avec la Ligue Europa, on va avoir quatre compétitions à jouer. Ça va être très dur mais il y a un bon groupe. On va tout mettre en œuvre pour faire une belle saison.

Laurent HESS