ASSE : ses débuts, Gasset, la concurrence, l’Europe… Les mots forts de Valentin Vada

ASSE - Mercato : Ghislain Printant est déjà assuré de perdre du beau monde

Désireux de se battre pour réussir à l’AS Saint-Etienne, Valentin Vada s’est confié dans les colonnes du Progrès ce vendredi. Il a particulièrement faim.

Auteur de son premier but avec l’ASSE avant la trêve face à Caen (5-0), Valentin Vada s’est libéré après des débuts compliqués chez les Verts. Prêté par les Girondins de Bordeaux jusqu’à la fin de saison, le milieu argentin est revenu dans le Progrès sur ses premières semaines compliquées… Affichant sa détermination de faire plus.

« Je réponds présent quand je rentre. Ça s’est vu les derniers matches. J’espère jouer titulaire bientôt. Pour retrouver le rythme, être à 100 %, il me faudrait jouer deux ou trois matches d’affilée. À un moment donné, tu veux jouer et te montrer, prendre du plaisir. Je n’avais pas cette chance à Bordeaux. Je me sentais un peu à côté car si j’étais sur le banc, je rentrai rarement. Quand un coach comme Jean-Louis Gasset, qui a tout connu dans de grands clubs, pense à toi, ça te redonne le moral. Quand il te sort d’une situation comme la mienne, tu as envie de te battre pour lui et le staff qui te donne une chance de te relancer », a expliqué Vada, rapidement blessé après son arrivée dans le Forez.

Désireux de ne pas décevoir le coach qui lui a donné sa chance, le milieu stéphanois a bien conscience que les places sont chères : « Le coach nous avait dit que l’on était trois pour deux postes. Yann, c’est le patron du milieu et il nous aide. Ensuite, il y a une concurrence très saine entre moi et Youssef. C’est une personne que j’aime beaucoup. On bosse tous dans le même sens pour arriver au bout. Si on atteint notre objectif européen, je serai très content d’avoir fait partie de ce club qui me correspond bien parce qu’il y a la même ferveur qu’en Argentine. Et moi, des stades comme Geoffroy-Guichard, j’aime ça ».


Arnaud Carond