ASSE : son avenir, la saison des Verts, la Gambardella… Jérémie Janot se confie

false

L’ancien gardien des Verts Jérémie Janot, aujourd’hui à Auxerre, évoque l’actualité de son club de cœur, 4e de L1 et qualifié pour la finale de la Coupe Gambardella.

But Saint-Etienne : Jérémie, vous étiez entraîneur des jeunes de l’ASSE avant de partir rejoindre le staff des pros à Auxerre. Saint-Etienne ne vous manque pas ?

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

Jérémie JANOT : Non. En plus, je suis revenu vivre ici. J’ai d’autres fonctions avec l’AJA depuis cet automne.

On voulait parler de l’ASSE, on connaît votre attachement…

Je ne suis pas nostalgique. Je n’ai pas de pla n de carrière. Je crois au karma. Si je ne suis plus à l’ASSE, c’est que je n’y ai pas ma place, pas en ce moment en tout cas. Au club, il y a des gens qui sont en place et ce sont des gens compétents. S’il y a des départs, on verra. Evidemment que j’aimerais revenir un jour. Mais je ne me propose nulle part. On a évoqué l’OM à un moment donné et j’étais très gêné vis à vis de Stéphane Cassard. J’ai une éthique. Je peux me regarder chaque matin dans la glace et c’est l’essentiel.

Que reste-il de vos seize années à l’ASSE ?

Enormément de souvenirs, de très bons souvenirs. Je suis resté seize ans. C’était mon numéro. Ce chiffre me suit. Il était écrit sur mon premier vélo. C’était le numéro de Fabien Barthez, mon modèle.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes ?

De rester centrés sur le jeu. De s’entourer de bonnes personnes. Et de bien travailler à l’école. C’est important. Plus le joueur est intelligent, plus il va faire une longue carrière. Je leur conseillerais aussi de faire attention avec les réseaux sociaux. A Auxerre, j’avais un gardien qui faisait une story à l’échauffement. Je lui ai dit : « arrête ça tout de suite » ! Il faut respecter le foot. Il te rend toujours ce que tu lui donnes.

Vous avez connu Stefan Bajic à l’ASSE. Que pensez-vous de lui ?

C’est un très bon gardien. A l’ASSE, j’avais Bajic, Crémillieux, Maisonnial, Bouallak. Il y avait toute une génération d’internationaux. Stefan a beaucoup de qualités. C’est un gros travailleur, athlétique, un compétiteur. Il dirige sa défense. Avec Crémillieux et lui, on peut dire que la relève est prête. J’espère qu’un des deux prendra la place quand Stéphane Ruffier arrêtera, même si je n’oublie pas Jessy (Moulin) qui n’a pas 50 ans !

Que pensez-vous de la saison de Ruffier ?

C’est l’un des meilleurs gardiens de L1. Quand vous regardez encore son match contre Nîmes, les arrêts qu’il fait… Bernardoni a été très bon aussi sur ce match.

Justement, qu’avez-vous pensé de la programmation de ce match, de l’action des Magic Fans en tribune pour protester ?

J’ai compris les Magics. A un moment donné, il faudrait peut-être que les autorités et les instances comprennent que les supporters font partie intégrante du foot. Il faut faire attention. Il ne faudra pas pleurer si un jour plus personne ne vient au stade. Je trouve les supporters extrêmement patients.

Quel est votre regard sur le VAR ?

Je ne suis pas fan. Le VAR fait perdre de la spontanéité au jeu. On joue avec l’émotion. Et on s’aperçoit qu’il y a toujours des erreurs. Ça n’a rien changé. Pour aider les arbitres, je préférerais un arbitre de surface. Le foot, ça doit rester sur le terrain et en tribunes, pas dans un car. Si Michel Platini, avec toute son expérience, était contre la vidéo… Pour moi,il avait raison.

La suite et la fin de l’interview, à retrouver dans BUT Saint-Etienne

Laurent HESS

Laurent HESS

Journaliste à But! depuis 2000