ASSE : son parcours, son transfert, le début de saison, ses objectifs… Denis Bouanga s’est confié

ASSE : son parcours, son transfert, le début de saison, ses objectifs... Denis Bouanga s'est confié

Auteur de 9 buts toutes compétitions confondues avec le Nîmes Olympique la saison passée, Denis Bouanga (24 ans), buteur dès son premier match dans le Chaudron face à Brest (1-1), évoque son parcours, son arrivée à l’ASSE, ses premières impressions et ses objectifs.

But Saint-Etienne : Denis, qui vous a fait aimer le foot ?

Denis BOUANGA : Surtout mon père. Il jouait. Il a fait toutes les équipes de jeunes à Toulouse mais le club ne l’avait pas fait signer pro.

Vous êtes né au Mans. Vous étiez supporter du MUC 72 ?

Oui. Mais j’aimais bien l’OM aussi. Mon premier match au stade, c’était d’ailleurs un Le Mans-Marseille.

Vous étiez pour qui ?

Plutôt pour Le Mans. Il y avait une belle équipe avec Pelé dans les buts, Basa, Romaric, De Melo, Grafite.

Vous avez toujours joué attaquant ?

Oui. Enfin non, j’ai joué en 10 aussi à Mulsanne. Le coach m’avait donné les clés là-bas.

Vous n’êtes pas passé par un centre de formation. En avez-vous eu la possibilité ?

Oui. Quand j’étais au Mans. Je n’étais pas loin. J’ai joué en U18 et en U19 là-bas. Mais on ne m’a pas fait confiance. Je ne jouais pas avec les U19 Nationaux mais avec la DH. Du coup je suis parti à Mulsanne.

A quel niveau jouiez-vous là-bas ?

En DH. J’avais 18 ans. C’était très formateur de jouer avec des adultes. Ça m’a forgé mentalement. J’ai pris pas mal de coups mais je me suis éclaté, avec mon frère Didier. J’ai mis 30 buts. C’est là-bas que j’ai explosé. Ça m’a permis d’aller à Lorient, avec Didier.

Vous étiez loin du monde pro à Mulsanne. Vers quel métier vous dirigiez-vous ?

J’avais toujours l’espoir de devenir pro et je touchais des primes de match. Mais pour avoir mon permis de conduire, j’ai travaillé comme manutentionnaire, dans l’alimentaire.

A Lorient, vous avez peu joué en équipe première à votre arrivée…

Il y avait du beau monde : Jouffre, Philippoteaux, Waris. Ce n’était pas simple pour jouer. Mais j’ai passé de bons moments en CFA avec mon frère. On était dans le même appartement. C’était cool. Et j’ai eu la chance d’être prêté à Tours, où je me suis révélé en marquant 16 buts, avec 6 passes décisives.

Quelles sont les personnes qui ont compté dans votre parcours ?

Le président et le coach de Mulsanne. Ils m’ont fait totalement confiance, comme Franck Haise avec la réserve de Lorient et Nourredine El Ouardani, qui avait remplacé Fabien Mercadal à Tours. Ce sont des personnes à qui je dois beaucoup.

L’ASSE s’intéressait à vous depuis quelques années. Avez-vous été proche de signer chez les Verts à un moment donné ?

Oui. J’y ai cru quand je suis revenu de Tours. On en avait parlé. Mais Lorient n’avait pas voulu me vendre.

« Il y avait aussi la Coupe d’Europe à Rennes mais j’ai préféré « Sainté » par rapport au public. Et puis j’avais des affinités ici, surtout avec Yann M’Vila. »

Et cet été, vous aviez d’autres possibilités ?

Il y avait Rennes et des clubs étrangers. Mais l’étranger, j’ai tout de suite fermé la porte. On verra peut-être plus tard. Là, je veux d’abord confirmer en L1. Il ne faut pas brûler les étapes.

Et pourquoi l’ASSE plutôt que Rennes ?

Il y avait aussi la Coupe d’Europe à Rennes mais j’ai préféré « Sainté » par rapport au public. Et puis j’avais des affinités ici, surtout avec Yann M’Vila.

Le club correspond à ce que vous imaginiez ?

Oui. C’est un Top 5. Il y a un grand public. Même avec le kop nord fermé, ça faisait du bruit contre Brest. J’ai hâte de voir ce que ça va donner en Ligue Europa et pour le derby. Il y a une ferveur qui me plait ici. C’est motivant. On sent beaucoup d’attente. Je suis content de mon choix.

Laurent HESS

La fin de l’entretien est à retrouver dans But Saint-Etienne