ASSE : Thuilot a déjà ciblé les enjeux du prochain Mercato

true

Le directeur général de l’ASSE Xavier Thuilot a expliqué les difficultés devant la crise économique qui accompagne le coronavirus. Le mercato est un enjeu fatidique.

 

Bernard Caïazzo a tiré la sonnette d’alarme à plusieurs reprises. Le co-président de l’ASSE a voulu alerter l’opinion publique sur les conséquences de la crise sanitaire sur l’économie des clubs de football. En agissant de la sorte, l’acolyte de Roland Romeyer a donné quelques sueurs froides aux supporters des Verts, déjà chamboulés par le confinement liée à la propagation du coronavirus. Ils devraient être (un peu) plus rassurés par les propos de Xavier Thuilot, plus positif mais tout aussi lucide sur la situation.

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

« Subir une crise n’est pas facile. L’ASSE n’est pas morte, il ne faut pas délirer, mais la situation est préoccupante, explique-t-il dans Le Progrès. Depuis la mi-mars, on est passé au chômage partiel. Si la situation devait perdurer, il est évident que la contribution de l’effectif professionnel et du staff serait essentielle. L’intention de tous, y compris des joueurs, est de finir la saison en cours. »

Le directeur général de l’ASSE a aussi évoqué les enjeux de la répartition des droits TV et du mercato si ce dernier est maintenu. « Chiffrer les pertes, c’est une équation à 500 inconnues. Est-ce que Canal et BeIN vont payer les droits TV ? Tous les clubs seront dans le rouge. Il y aura probablement des dispositifs aménagés par la DNCG et pour le fair-play financier, a-t-il poursuivi. Dans l’obligation de céder nos meilleurs joueurs ? Les clubs sont tous dans la survie. Si on a ce problème, ça voudra dire qu’on a survécu. Personne ne sait quand on aura lieu le prochain mercato et avec quels moyens. Les transferts conclus avant cette crise seront-ils payés intégralement (référence aux traites attendues des transferts de Cabella et Saliba NDLR) ? Et puis si on veut vendre un joueur, est-ce qu’on trouvera un acheteur qui paye rubis sur l’ongle ? »