Epinal – ASSE (1-2) : quels Verts faut-il remercier pour la qualif ?

true

L’ASSE s’est qualifiée pour les ½ finales de la Coupe de France en battant les amateurs d’Epinal jeudi soir. Voici nos notes pour les Stéphanois.

RUFFIER (6)

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

Pris à contre pied sur le penalty de Krasso, il a été au feu en fin de match pour soulager sa défense sur les longs ballons aériens d’Epinal. Précieux.

DEBUCHY (4)

A l’origine du but de Camara, l’ancien Gunner a vécu une soirée difficile. Une relance très dangereuse (43e) et une lenteur qui lui a joué des tours.

SALIBA (5)

Son calme a fait du bien. Mais il a provoqué le penalty qui a relancé Epinal et il a été un peu trop facile sur la fin, quand les amateurs ont joué leur va tout.

FOFANA (6)

Derrière, c’est lui qui a tenu la baraque, notamment en fin de match. Des jaillissements opportuns, de l’énergie à revendre. Il s’impose match après match.

SILVA (4)

Pour son retour, le Brésilien a été à la peine. Une première passe en touche (2e) et un premier centre dévissé (3e) ont donné le ton de son match. Une chevauchée ponctuée d’une frappe en taclant à côté, seul face au gardien, pour finir (89e).

M’VILA (4)

Les passes Ligue des champions, c’est fini… En sentinelle, il a eu beaucoup de déchet. Et défensivement, il n’a pas été très présent. Les Spinaliens l’ont bougé.

CAMARA (6), puis KOLO

Auteur du but du break sur un bel enchaînement, Camara a livré une grosse deuxième mi-temps. Au four et au moulin, il a fini avec des crampes. Remplacé par KOLO, ressorti du placard.

DIOUSSE (3), puis BENKHEDIM

En relayeur, Diousse a raté tout ce qu’il a entrepris, y compris ses interventions défensives. Une calamité ! Remplacé par BENKHEDIM, qui va vite devoir muscler son jeu et forcer un peu plus son talent…

HONORAT (5)

Ailier droit, il a décalé Bouanga sur l’ouverture du score. Et c’est tout, si ce n’est une balle de break complètement dévissée sur un caviar de Bouanga (51e).

DIONY (4), puis ABI

Isolé en pointe, Diony n’a eu aucune occasion. Il a passé son temps à tenter de récupérer les casse-croûte qu’on lui a envoyés. Remplacé par ABI, tout aussi impuissant.

BOUANGA (7)

Un geste de classe sur l’ouverture du score, un centre en retrait vendangée par Honorat (51e) et une combativité de chaque instant. L’homme du match.

ASSE

Les Verts ont marqué sur leurs deux seules actions dignes d’un pensionnaire de L1. Avant de concéder un penalty et de serrer les dents. Les fesses aussi !

Laurent HESS

Journaliste à But! depuis 2000