Oleksandria – ASSE (2-2) : les notes des Verts, deux éclairs et la misère…

true

Rejointe dans le temps additionnel par la modeste équipe d’Oleksandria (2-2) après avoir mené 2-0, l’ASSE s’est sabordée, hier, en Ligue Europa. Voici nos notes pour les Stéphanois.

L’ASSE a mené 2-0 contre Oleksansdria mais cela relevait du miracle, et le match nul arraché par les Ukrainiens reflète mieux la physionomie d’une partie où les deux formations ont rivalisé de médiocrité. Dans ses buts, Ruffier (4) s’est mis à la faute sur l’égalisation avec sa sortie où il a mal repoussé le ballon, d’une « chistera » inappropriée, dans le temps additionnel.

Devant lui, la défense à trois a énormément souffert, à l’image de Perrin (4), qui a tout de même repoussé des ballons chauds sur la fin. A ses côtés, Fofana (4) a commis des fautes évitables et Kolo (4) a manqué de présence. Au milieu, Debuchy (4), en piston droit, a montré qu’il était peu à l’aise dans ce système sans doute trop exigeant pour lui, à 34 ans.

Bouanga meilleur devant, Beric a pesé avant son remplacement

A gauche, Bouanga (5) a eu des soucis d’alignement, logique puisqu’il n’est pas un vrai défenseur, avant d’initier le second but quand il est monté d’un cran. Dans l’axe, Youssouf (5) a été un peu plus consistant et précis qu’Aholou (4). Devant, Nordin (4) n’a existé que par deux-trois accélérations mal conclues, Khazri (5) a transformé le penalty et il s’est bien démené mais ses passes sont rarement arrivées. Beric (6), lui, n’a pas eu d’occasions mais il a servi le Tunisien en profondeur sur l’ouverture du score et il a pesé par ses décrochages et ses remises, provoquant des coups francs. C’est à son remplacement, à la 55e minute, que l’ASSE a commencé à beaucoup trop reculer.

Malgré son but, le jeune Camara a coulé avec le navire au milieu. Silva également, sur le côté gauche. Et Boudebouz, qui a remplacé Nordin, n’a ni remis de l’ordre ni tenu le ballon. Une entrée indigeste, à l’image de la prestation d’ensemble d’une équipe stéphanoise qui a livré en Ukraine son plus mauvais match depuis l’arrivée de Claude Puel. Le Vert s’est vraiment porté très pâle dans le froid de Lviv. C’est ce qu’il fallait pour qu’Oleksandria, avec son envie et son impact physique pour seuls atouts, parvienne à arracher un point… »

Laurent HESS