Wolfsburg – ASSE (1-0) : M’Vila, Dioussé, Beric… Le bilan décevant des essais de Puel

false

Pour son dernier match européen de la saison, l’entraîneur de l’ASSE Claude Puel avait décidé d’opérer des changements dans son équipe face à Wolfsburg (0-1).

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

Devant un Jessy Moulin qui, mis à part une parade fébrile juste avant la pause, a été globalement fiable dans sa cage, les joueurs de l’ASSE ont affiché un bilan contrasté. Tour d’horizon des choix de Claude Puel, plus ou moins payants…

En défense : M’Vila dans l’axe, il y a du boulot

Si Claude Puel envisage de reproduire à l’avenir ce pari osé d’aligner Yann M’Vila dans l’axe, il va y avoir du travail en amont. Car si l’habituel milieu n’a pas démérité dans les duels et l’anticipation alors que sa relance a été plutôt propre, certains aspects ont été plus ennuyeux. Son positionnement a parfois créé des espaces inquiétants, sans parler de son alignement avec Moukoudi qui a franchement laissé à désirer, avec parfois plusieurs mètres d’écart. A sa décharge, M’Vila n’a pas franchement été sécurisé par ses partenaires, Kolodziejczak et Moukoudi ne dégageant pas plus de sérénité..

Au milieu : Dioussé, la bonne surprise

Claude Puel avait opté en première période sur un triangle dans l’entrejeu avec Youssouf, Ahoulou et Dioussé. Et la bonne surprise est venue du dernier nommé. Le milieu stéphanois, apparu seulement deux fois cette saison, a réalisé une première période prometteuse, avec beaucoup de ballons récupérés. Sans doute à court de rythme, il a ensuite baissé de pied. Du côté de ses partenaires, Aholou n’a pas mis l’impact attendu et a été remplacé à la pause par un Franck Honorat actif dans son couloir. Youssouf n’a pas été franchement inspiré dans ses initiatives balle au pied, notamment dans ses frappes.

En attaque : Beric a vécu un calvaire

Comme dans beaucoup de secteurs ce soir, les absents dans le domaine offensif n’auront pas franchement perdu de points face à ceux alignés. Robert Beric, aligné à la pointe de l’attaque, a été particulièrement discret, ne mettant jamais en danger la défense adverse qui lui a fait passer une bien mauvaise soirée. Arnaud Nordin, qui ne compte pas ses efforts, a toutefois eu beaucoup de déchet dans son jeu, même si une belle frappe en fin de match aurait mérité meilleur sort. Au final, c’est donc Romain Hamouma qui s’en est le mieux tiré, avec quelques jolis gestes techniques et de belles inspirations. Mais comment s’en sortir dans un tel désert offensif ? Claude Puel a été inspiré de le remplacer rapidement en seconde période par un Benkhedim aux prises de balle intéressantes.

Julien Pédebos

Journaliste à But! depuis 2014