Amine Gouiri et l'OGC Nice ont signé un gros coup à Brest.
Amine Gouiri et l'OGC Nice ont signé un gros coup à Brest.Credit Photo - Icon Sport
par Tom Bonnard
ANALYSE

Brest - OGC Nice : les Tops et le Flop du match

Ce dimanche 9 janvier, en marge de la 20e journée de Ligue 1, l’OGC Nice s’est imposé contre vents et marées au stade Francis-Le Blé face à Brest (0-3). Les décisions de l’arbitre Stéphanie Frappart ont été une nouvelle fois controversées mais Kasper Dolberg, Andy Delort et Amine Gouiri ont rassuré les Aiglons.

Zapping But! Football Club Instant Mercato : Bouna Sarr de retour, Adrien Rabiot poussé vers la sortie

Les Niçois ont eu chaud mais s’en sont sortis tant bien que mal. Après l’ouverture du score à la 13e minute signé Kasper Dolberg, pour le seul et unique but de la rencontre, les hommes de Christophe Galtier ont entamé la rencontre sur de bons rails. Ceux-ci se sont peu à peu relâcher par la suite face aux offensives des brestois de plus en plus entreprenants dans le jeu. Les Aiglons ont subi une décision arbitrale de Stéphanie Frappart pour le moins discutable lorsque Morgan Schneiderlin a écopé du carton rouge après 20 minutes de jeu. Un trou dans le milieu de terrain a provoqué la difficulté des joueurs niçois dont Walter Bénitez qui a dû s’illustrer plus d’une fois.

Walter Bénitez, le sauveur niçois

S’il n’avait pas été présent, le score n’aurait sans doute pas été le même. Le gardien de but de l’OGC Nice a prouvé tout l’étendue de son talent face aux nombreuses tentatives du Stade Brestois notamment par l’intermédiaire de Brendan Chardonnet.

Amine Gouiri pour éteindre les espoirs Brestois

À dix minutes de la fin du match, Andy Delort a réussi à faire le break face aux hommes de Michel Der Zakarian. Alors que le Stade Brestois évoluait en supériorité numérique depuis 70 minutes, l’attaquant algérien est parvenu à faire le break après une grosse période de domination brestoise. Les niçois ont majoritairement subi en seconde période, conséquence du carton rouge infligé à Morgan Schneiderlin. Mais c'est bel et bien Amine Gouiri qui, à la 93e minute, avec grâce et subtilité est venu crucifier les derniers espoirs brestois grâce à un espoir individuel. Un pur bijou. 

Les Tops 

Andy Delort : il est celui qui a offert le ouf de soulagement aux siens. Andy Delort, qui a inscrit son 8e but cette saison (2021-2022) en Ligue 1 a livré une prestation très satisfaisante dans un match où Nice était loin d’être parti pour s’imposer malgré l’ouverture du score.

Walter Bénitez : le travail de l’ombre, c’est lui. Le gardien de but de l’OGC Nice a sauvé plus d’une fois ses coéquipiers face aux tentatives nombreuses de Brendan Chardonnet et Romain Faivre. Une nouvelle fois, Walter Bénitez a régalé les supporters niçois

Jean-Clair Todibo : le défenseur des Aiglons a assuré la sécurité dans le secteur défensif et a notamment brillé sur une action. C’est lui qui a sauvé sur sa ligne un ballon brestois repris par la tête de Steve Mounié empêchant ainsi l’égalisation qui aurait pu tout modifier.

Le Flop 

Marco Bizot : contrairement à son homologue, le gardien de but brestois peut s’en vouloir. Notamment sur l’ouverture du score de Kasper Dolberg où le dernier rempart néerlandais surgit un poil en retard. Avec un peu plus de réactivité, le Stade Brestois aurait pu espérer un résultat moins grave.

Pour résumer

Les Aiglons ont subi une décision arbitrale de Stéphanie Frappart pour le moins discutable lorsque Morgan Schneiderlin a écopé du carton rouge après 20 minutes de jeu. Un trou dans le milieu de terrain a provoqué la difficulté des joueurs niçois dont Walter Bénitez qui a dû s’illustrer plus d’une fois.

Tom Bonnard
Rédacteur
Tom Bonnard

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.