RC Lens : les 5 grosses incertitudes de Kombouaré

Après un début de saison catastrophique, le RC Lens va mieux mais Antoine Kombouaré est toujours frappé par quelques incertitudes dérangeantes pour la suite.

QUEL GARDIEN ?

La saison dernière, dans l’intimité des couloirs de La Gaillette, Antoine Kombouaré avait souvent pesté contre le niveau qu’il jugeait insuffisant de Rudy Riou. Sûrement que le coach pensait avoir fait une bien meilleure pioche en enrôlant Joris Delle. Seulement voilà, l’ex-espoir du football français a été blessé au long cours, manque certainement de repères, et cherche à relancer sa carrière en Artois. Or, force est de constater qu’après un premier match plein de réussite sur la pelouse de Metz, il n’a jamais véritablement tiré son équipe vers le haut.

Moralité, Kombouaré l’a mis sur le banc des remplaçants après seulement sept journées. Pas idéal pour mettre en confiance un joueur à un poste aussi clé que celui de gardien de but. Si le jeune Belon a crânement pris sa chance, il n’en demeure pas moins un jeune gardien qui doit encore beaucoup progresser, notamment dans ses relances au pied. Et vendredi, son intervention sur le premier but savoyard laisse à désirer. Lorsqu’on se souvient de l’importance d’Alphonse Areola dans la montée il y a deux ans, on se dit que la fragilité du poste de gardien à Lens risque bien d’être un gros problème cette saison.

UN MILIEU DE TERRAIN FAIBLARD

C’est vraiment le secteur qui pose le plus de soucis au coach lensois depuis le début du championnat. Guirane N’Daw, annoncé comme le destructeur des attaques adversaires, est le plus souvent transparent. Au même poste, Taylor Moore semble, lui, encore un peu tendre. A l’animation, Wylan Cyprien patauge plus qu’il ne partage, Pierrick Valdivia perd plus de ballons qu’il n’en donne… de qualité, Benjamin Bourigeaud ronge son frein plus que les défenses adverses et Patrick Olsen vient à peine de débarquer, un peu tôt pour prendre les rênes de l’attelage !  

Or, dans ce système en 4-4-2 si cher à Antoine Kombouaré et avec des latéraux dont on attend qu’ils prennent régulièrement leurs couloirs, le rôle des deux milieux axiaux est primordial. Autant dire qu’avec un milieu bancal, c’est souvent tout l’édifice qui tangue…

DES JOUEURS EN DEMI-TEINTE

On veut bien comprendre que chausser les crampons d’un nouveau club prend du temps… mais certains donnent l’impression de traîner un tantinet en longueur ! Si les Troyens étaient heureux de voir partir Christian Bekamenga au terme d’une saison presque blanche, les Lavallois l’auraient bien récupéré après un exercice 2013/14 brillant ! Alors, que penser de son potentiel ? En tout cas, Jonathan Nanizayamo, pourtant au creux de la vague en arrivant à Lens, est en train de prendre le dessus. Dans le même domaine, Anthony Scaramozzino nous laisse de plus en plus perplexe…

DES JEUNES QUI PEINENT À CONFIRMER

Ils avaient presque tenu l’équipe à bout de bras tout au long de la première partie de la saison dernière. On s’attendait donc à ce qu’ils soient des éléments incontournables de l’équipe cette année. D’autant que promouvoir en première de purs éléments de La Gaillette est depuis quelques années le leitmotiv du club “sang et or”. Eh bien, Jean-Philippe G’Bamin est blessé, Benjamin Bourigeaud souffre mentalement, Wylan Cyprien cotise aux abonnés – presque – absents et Aristote Madiani cire le banc. On attendait tellement mieux des jeunes pousses lensoises ! Kombouaré sûrement aussi…

QUELLE ATTITUDE FACE AUX GROS ?

Si les deux succès sur Valenciennes et Sochaux ont lancé la saison lensoise, cette équipe ne pourra se montrer ambitieuse que si elle bat les grosses cylindrées de ce championnat de Ligue 2. Or, après un premier match poussif et un nul heureux à Metz (0-0), le Racing a été balayé à Dijon (0-2) puis à domicile par Le Havre (0-4). Seul point positif, les Lensois ont également affronté Créteil (1-1), Valenciennes (1-0) et Brest (2-1), qui pointent dans le haut du tableau. Il ne leur reste donc plus qu’à croiser le fer avec Nancy et l’étonnant promu Bourg-en-Bresse avant la fin des matches aller. De bon augure ?

lens_une