RC Lens : les quatre raisons du succès des Sang et Or face au Paris FC

Clermont – RC Lens (1-1) : Philippe Montanier a vu un gros problème chez les Sang et Or

En quête de montée en Ligue 1, le RC Lens est allé s’imposer ce soir sur le terrain du Paris FC après la séance de tirs au but. Prochaine étape, Troyes, vendredi. Voici aussi pourquoi les Sang et Or se sont imposés.

Parce que jouer à domicile est tellement avantageux…

Vous l’aurez compris, la rencontre de pré-barrage d’accession en ligue 1 n’avait pas lieu sur la pelouse du RC Lens. Le stade Charléty ne pourra jamais être comparé à Bollaert, mais lorsque vous avez la chance de compter sur un public exceptionnel…Ils étaient ainsi plus de 9 000 à avoir effectué le déplacement, regroupés face à l’entrée des joueurs. 90 minutes durant, on a entendu les supporters des Sang et Or, encourageant leurs joueurs comme jamais et provoquant même les applaudissements de quelques Parisiens après avoir entonné les Corons. C’est certes une habitude de le dire, mais pourquoi ne pas insister : les supporters lensois sont uniques.

Parce que Philippe Montanier a remporté un pari audacieux

Journalistes, joueurs et même observateurs : nombreux ont été ceux qui ont été surpris par les choix de Philippe Montanier en début de match. Au départ, en effet, et au contraire de ce qu’il avait mis en place précédemment, le coach du RCL se privait de Walid Mesloub, son capitaine. Avec une idée en tête : consolider son milieu de terrain, placer Bellegarde sur un côté et laisser deux pointes offensives avec Gomis et Ambrose. Résultat ? Un Doucouré impérial, un bloc lensois intraitable 45 minutes durant, agressif sur le porteur adverse et mettant une intensité rarement vue au cours de la saison. Certes, le résultat a été moins probant en seconde période, Bellegarde étant notamment sorti sur blessure et le PFC jouant (enfin) plus haut pour égaliser.

Parce que Gomis et Ambrose ont (aussi) fait le job

Pas étonnant, au fond, de mettre en lumière la performance de Yannick Gomis, ce soir sur la pelouse de Charléty. Lui qui a parfaitement réussi sa saison avec 16 buts au compteur en 38 matches joués. C’est néanmoins pour son abnégation, et son travail défensif, que l’attaquant lensois a marqué de précieux points. Utile, et même esseulé tout au long de la fin de match, après la sortie d’Ambroise. Le but du Racing est le fruit de la parfaite relation entre les deux hommes, Gomis, bien servi par Diarra, servant à la perfection Ambrose seul face au but. Ce dernier qui, au-delà de son but, n’a eu de cesse de proposer des solutions, de défendre et de combler les espaces.

Parce que le coup de massue a été vite oublié

L’égalisation tardive du PFC, en toute fin de match, a été mal vécue par les joueurs de Philippe Montanier. Et pour cause, le juge de touche avait, avant que Marko Maletic marque, levé son drapeau pour un hors-jeu de Pitroipa. Un hors-jeu qui n’existait pas et qui, en effet, ne devait pas se siffler. Dès le coup de sifflet final, Montanier a demandé à ses joueurs de passer à autre chose, insistant même pour qu’ils n’aillent pas palabrer avec l’arbitre, Monsieur Schneider. Le mot d’ordre a bien été entendu et ce sont les Lensois, sonnés par l’égalisation, qui ont accompli une bonne prolongation. Et ce sont les hommes de Montanier qui ont ensuite réalisé fait un sans-faute lors de la séance des pénaltys.

L.T.