RC Lens - Mercato : Sotoca règle son avenir
par Mathias Merlo

RC Lens - Mercato : Sotoca règle son avenir

Acteur clef de la montée du RC Lens en Ligue 1, Florian Sotoca (29 ans) souhaite rester dans l'Artois pour la saison prochaine.

Le RC Lens peut lui dire merci. Lundi 9 mars dernier, dans un stade Bollaert-Delelis à huis clos en raison du Covid-19, Florian Sotoca (29 ans) transforme un pénalty face à Orléans (1-0). Les Lensois ne le savent pas encore. Mais, le huitième but de la saison du buteur en Ligue 2 va offrir la montée au peuple Sang et Or.

Quelques semaines plus tard, le football sera stoppé. Dauphin de Lorient lors de l'arrêt, les hommes de Franck Haise sont de retour en Ligue 1 grâce à cette dernière victoire au forceps : "C’est vrai que ce pénalty quand on y pense, c’était un peu le pénalty de la montée, concède Sotoca à France TV. Je suis très fier d’avoir participé à cela, mais c’est vraiment une victoire du groupe et la montée d’un groupe. Tout le monde a su apporter sa pierre à l’édifice."

Sotoca veut rester au RC Lens

Sous contrat jusqu'en 2023 dans l'Artois, Florian Sotoca veut poursuivre son aventure à Lens. Arrivé en juillet 2019 de Grenoble, le natif de Narbonne devrait être le fer de lance de l'attaque lensoise la saison prochaine: « Passer de Grenoble à Lens, j’avais un peu d’appréhension. Mais ça s’est super bien passé. Et ça se rapproche beaucoup au niveau des mentalités. J’ai signé pour 4 ans, il m’en reste encore 3. Je me sens très bien ici, ma famille aussi : il n’y a aucune raison d’aller voir ailleurs. Le public est avec moi parce que je donne tout à tous les matches, même s’il me manque un peu d’efficacité des fois. »

Pour le buteur, ce retour parmi l'élite est aussi une revanche personnelle. À Montpellier, lors de saison 2015-2016, il ne joue qu'une maigre minute en Ligue 1. Sotoca va pouvoir se frotter longuement au gratin des équipes françaises : « C’était un rêve qui commençait à être lointain quand à 22 ans je jouais encore en DH. Je n’y pensais pas plus que ça, et puis le travail m’a amené ici… Je sais la chance que j’ai d’être là, de faire partir d’un tel club. Il y a 10 ans, vous m’auriez dit que j’en serais là aujourd’hui, je ne vous aurais pas cru. »