RC Lens : quelle équipe pour la Ligue 2 ?

Relégué en Ligue 2 (dans le meilleur des cas), le RC Lens va devoir se reconstruire une équipe la saison prochaine. Projection sur ce que pourraient être les Sang et Or de 2015-2016 si le club passait l’étape de la DNCG.

A moins qu’Hafiz Mammadov ne découvre un puit de pétrole sous ses pieds ou que l’homme d’affaire azéri ne passe définitivement la main, le Racing ne se sauvera qu’à la faveur d’un plan de reprise à l’économie. Avec peu d’investissements possibles. Il faudra donc s’appuyer sur les joueurs présents au club, qui n’auront pas quitté le navire, ou sur quelques vieux briscards en fin de contrat acceptant des salaires modestes.

Gardien

Dans les buts, seul Valentin Belon (19 ans, 4 matches en L1) sera toujours sous contrat au-delà du 30 juin. On peut néanmoins espérer que Rudy Riou (35 ans), qui ne croulera pas sous les offres, reste une saison de plus.

Défense

C’est à ce poste qu’on devrait assister au plus grand exode. Il ne fait guère de doutes que le plus prometteurs des jeunes, Jean-Philippe Gbamin sera vendu. En fin de bail, Ahmed Kantari, Boubacar Sylla, Quentin Lecoeuche et Patrick Fradj ne devraient pas rempiler. Tout comme l’indispensable Ludovic Baal. Quant à Dimitri Cavaré, il a déjà signé à Rennes. Libre, Benjamin Boulenger se serait, de son côté, déjà engagé au Sporting de Charleroi. L’axe central devrait être composé l’an prochain de Loïck Landre (sous contrat jusqu’en juin 2016 et qui est très courtisé) et de la pépite britannique Taylor Moore. Le colosse Abdoul Ba (2 mètres) pourrait lui aussi rester même s’il est convoité. A côté d’eux, il faudra néanmoins recruter. Dans les joueurs libres, le Racing peut se laisser tenter par le rémois Franck Signorino, le messin Sylvain Marchal, l’éviannais Cédric Cambon ou les caennais Jean-Jacques Pierre et Felipe Saad. Des éléments à portée même pour un club modeste et qui permettront de s’en sortir convenablement en Ligue 2.

Milieu

Même s’il a récemment fait part sur Twitter de sa volonté de rester, Wylan Cyprien (20 ans) devrait aller voir ailleurs et faire du bien aux finances. Plus embêtant, le Racing va perdre Pierrick Valdivia, en fin de contrat. Les Sang et Or devraient néanmoins pouvoir s’appuyer sur Benjamin Bourigeaud (sous contrat jusqu’en juin 2019) et pourrait conserver son capitaine Jérôme Le Moigne, ainsi que Alharbi El-Jadeyaoui et Lailana Nomenjanahary pour qui les acheteurs ne devraient pas se bousculer au portillon. Si l’un d’entre eux venait à partir, le Racing peut aussi miser sur la promotion interne ou piocher dans un important vivier de vieux routiers de L1 en fin de bail (José Saez, Olivier Sorlin, Thibault Giresse, Florent Malouda, Antoine Devaux, Bocundji Ca) qui n’auront pas forcément pléthore de propositions.

Attaque

En fin de bail, Démé NDiaye et Adamo Coulibaly ne seront pas conservés. L’avenir du prometteur Aristote Madiani est aussi en suspens, le jeune attaquant n’ayant pas fait partie de la vague de prolongations de l’hiver dernier. Yohan Touzghar sera, quant à lui, probablement vendu à un an du terme de son contrat. Le Tunisien a une petite cote sur le marché. Pour Pablo Chavarria, lui aussi à un an du terme de son bail, il pourrait aussi y avoir des acheteurs mais il n’est pas à exclure que l’Argentin honore sa dernière saison. A ses côtés, Lens devrait encore pouvoir compter sur Baptiste Guillaume, qui pourrait être vendu mais re-prêté dans la foulée pour qu’il continue son apprentissage dans un rôle de titulaire. A leurs côtés, le Racing devra sans doute tenter un ou deux paris dans les joueurs libres. Fodé Koïta (SM Caen, 24 ans) connait la maison mais le pari le plus intéressant du marché mène vers Anthony Le Tallec (Valenciennes), l’élément parfait pour mener l’attaque.

Entraîneur

S’il est plus ou moins acté qu’Antoine Kombouaré quittera le navire à un an de la fin de son bail, le Racing devra sans doute céder la main à un ancien de la maison emblématique, susceptible d’accepter une mission périlleuse. Entraîneur de la réserve et coach n°1 à l’époque du Crédit Agricole à la tête du club, Eric Sikora (47 ans) a le profil. Une autre possibilité pourrait mener à Jean-Guy Wallemme (47 ans), au chômage depuis son limogeage de la JS Kabylie en avril et qui a déjà mené à bien une opération remontée.