PSG : Neymar attaque le club, le frère de Kimpembe insulte Tuchel !

true

La défaite du PSG mardi contre le Borussia Dortmund (1-2) en 8es de finale aller de la Ligue des champions a généré quelques secousses en coulisses.

Le PSG est incorrigible. Prévenus de l’intensité des matches à élimination directe en Ligue des champions et de la pression du Mur Jaune de Dortmund, les hommes de Thomas Tuchel se sont liquéfiés hier dans la Ruhr. Un but du fantôme de Neymar, lui-même servi par le fantôme de Kylian Mbappé, a toutefois entretenu l’espoir pour le match retour le 11 mars au Parc des Princes (1-2). D’ici là, un flot de doutes aura le temps de couler. Notamment autour de Neymar, qui n’a déjà pas manqué de critiquer le PSG pour la gestion de sa blessure aux côtes et la mise à l’écart qui en a découlé depuis le 1er février. 

« C’est difficile de rester quatre matchs sans jouer, a expliqué le Brésilien au micro de RMC Sport. Ce n’est pas mon choix, c’est le club qui a pris la décision, les médecins. On a beaucoup parlé. Moi, je n’ai pas aimé. Je voulais jouer, je me sentais bien. Le club a eu peur et ça retombe sur moi. Je comprends la crainte que le club souffre, car en deux ans je me suis retrouvé hors des huitièmes de finale. Je respecte les décisions, mais ça ne peut pas être ainsi, car le joueur finit par souffrir. C’était très difficile de pouvoir jouer un match comme celui-ci, intense, 90 minutes sans s’arrêter. C’est différent. Si j’étais en meilleur état, j’aurais certainement fait un meilleur match. »

« Tuchel, j’espère que tu vas bien n… ta mère, fis de p… va ! »

Presnel Kimpembe, lui, n’était pas de retour de blessure mais cela ne l’a pas empêché de souffrir devant le phénomène Erling Haaland, auteur d’un doublé et d’un match monumental en pointe. L’attaquant norvégien a mis au supplice la défense à 3 alignée par Thomas Tuchel… qui n’a visiblement pas plu à son frère, Emmanuel. « Tuchel, j’espère que tu vas bien n… ta mère, fis de p… va ! (…) Une blague, frère, une blague ! », peut-on l’entendre dire dans cette séquence à retrouver ici. Ambiance…

 

Bastien Aubert

Journaliste à But! depuis 2013