LOSC : Sanches a encore des défauts à corriger aux yeux de Galtier
Renato SanchesCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
CONFIDENCES

LOSC : Sanches a encore des défauts à corriger aux yeux de Galtier

Dans France Football, Christophe Galtier s'est confié sur le gros début de saison de Renato Sanches avec le LOSC.

Renato Sanches souffre d'une blessure musculaire derrière une cuisse qui le privera du match du LOSC contre Lorient, dimanche. Une absence de taille car l'international portugais, qui serait également incertain pour le match de Ligue Europa contre l'AC Milan, jeudi prochain, réalise un très bon début de saison.

Pourtant, d'après Christophe Galtier, le 4-4-2 actuel des Dogues n'est pas particulièrement adapté au joueur... « Je pense que le 4-3-3 serait particulièrement adapté car il pourrait se projeter sans retenue, en sachant qu’il y a une sentinelle qui veille. Car à deux, il doit être un peu plus vigilant », estime le coach nordiste dans France Football. Et à Galtier d'ajouter : « Comme c’est quelqu’un qui comprend très bien le jeu, qui analyse beaucoup ses prestations, et qui regarde beaucoup de foot par ailleurs, il sait garder une position plus défensive. Quand il voit par exemple Xeka se projeter, il ne se laisse pas aspirer. En revanche, l’avantage du 4-4-2, c’est qu’il a de l’espace devant lui, il n’est pas trop près de la ligne défensive adverse ou c’est moins simple de prendre de la vitesse. »

A VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DU LOSC

« Il peut gagner en expérience pour mieux se canaliser »

Selon l'ancien coach des Verts, Sanches a encore une bonne marge de progression. « Renato peut encore mieux choisir les zones où tenter le dribble et où assurer davantage, même s’il ne faut surtout pas lui enlever son audace. Et enfin, il peut gagner en expérience pour mieux se canaliser. Dans certains matches où il est dans le dur, il peut avoir voulu faire les choses seul et perdre un poil de lucidité. Et à l’inverse, dans des matches où on mène 3-0, il tape encore des sprints à la 80e au lieu de ménager sa monture. Mais je préfère des joueurs à tempérer que des joueurs à secouer !»