LOSC : ses origines pied-noir, Zidane... Galtier évoque son lien fort avec l'Algérie
Christophe GaltierCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
DECLARATIONS

LOSC : ses origines pied-noir, Zidane... Galtier évoque son lien fort avec l'Algérie

S'il est né quelques années après la fin de la guerre d'Algérie, Christophe Galtier (LOSC) a toujours en lui cette histoire particulière. Il raconte.

Zapping But! Football Club LOSC : le parcours en Europa League des Dogues

S'il parle assez peu de son histoire personnelle, Christophe Galtier (LOSC) s'est longuement raconté à 20 Minutes. Le Marseillais est notamment revenu sur ses origines pied-noirs. « Mes parents et mon frère aîné sont nés là-bas. J’ai souvent entendu mes parents parler de ce fameux déchirement avec leurs amis et la famille. J’ai d’ailleurs été marqué par le film Le Coup de Sirocco, un film où on voit Marthe Villalonga à la gare. Elle vient d’être rapatriée et on la prend pour une mendiante. Ma mère pleure à chaque fois devant cette image-là. Je sais que ça a été très dur pour eux mais je leur ai dit un jour que ce pays appartenait aux Algériens et pas aux Français », a-t-il raconté.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU LOSC

Sa famille est marquée par la guerre d'Algérie

Forcément, pour lui, la guerre d'Algérie a eu un écho particulier : « Ma famille a été touchée personnellement par ce conflit. Il y a eu des décès. Mais quand adulte, je sors cette phrase à mes parents, il y a un décalage entre ce qu’ils ont vécu et ce que je perçois. L’Algérie appartient aux Algériens ».

« Je suis Zidane »

De ce passé « algérien », Christophe Galtier garde un vrai amour pour Zinédine Zidane : « Je suis Zidane. Pour tout ce qu’il incarne. Le joueur mais aussi le symbole de l’intégration réussie. Et Dieu sait qu’à Marseille, c’est important. Moi qui suis un fils de rapatriés, c’est vraiment le symbole. Je ne pense pas qu’il veuille l’être mais pour moi il l’est. J’apprécie son humilité et son humanité. Quand on parle d’humilité et qu’on regarde son parcours d’entraîneur… Il passe ses diplômes, prend son temps pour apprendre, prend en main la réserve, devient adjoint avant d’être coach. Se construire en tant que tel et avoir la réussite qu’il a, je trouve ça magnifique ».