LOSC - Mercato : la mise au point de Galtier concernant un avenir à l'OM
Christophe GaltierCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
PAS UNE OBSESSION

LOSC - Mercato : la mise au point de Galtier concernant un avenir à l'OM

Marseillais de naissance, ancien joueur de l'OM et éphémère entraîneur, Christophe Galtier (LOSC) est souvent associé à son club de cœur. Mais il jure que ce n'est pas une obsession que d'y retourner un jour.

Zapping But! Football Club LOSC : les chiffres de la saison 2020-2021 de Burak Yilmaz

Demain, le LOSC accueille l'Olympique de Marseille avec l'intention de se relancer suite à son décevant résultat nul contre Strasbourg (1-1). Cette rencontre est forcément particulière pour Christophe Galtier, marseillais pur jus, formé à l'OM, où il a joué au milieu des années 80 avant d'y clôturer sa carrière, après la relégation administrative du club en D2. Au début du millénaire, il a aussi été l'adjoint de Bernard Casoni, avec le triste épisode de l'agression de Marcelo Gallardo qui lui avait coûté si cher.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU LOSC

"Il n'y a pas chez moi l'obsession de devenir entraîneur à l'OM"

Galtier-l'OM, c'est donc une longue histoire. Que beaucoup voient redémarrer puisque l'entraîneur des leaders de la L1 figurait dans les petits papiers de Jacques-Henri Eyraud avant que ce dernier ne soit débarqué. Mais ce mardi en conférence de presse, le technicien du LOSC a tenu à mettre les choses au clair : si l'OM est son club de cœur, y retourner n'est pas une obsession.

"Evidemment que c'est une partie importante de ma vie familiale et sociale. Mais à partir du moment où j'ai entamé ma carrière d'entraîneur après ma carrière de joueur, il n'y a pas chez moi l'obsession de devenir entraîneur à l'OM. Je ne dis pas que je n'aimerais pas entraîner l'OM, mais il n'y a aucune obsession. Et je n'aurais aucune frustration si, à la fin de ma carrière, je n'ai pas entraîné l'OM. J'aime vivre à Marseille, j'aime vivre dans mon village à Cassis, j'aime aller au stade Vélodrome voir des matches, encore plus quand il y a des supporters, mais ça s'arrête-là."