Médias : Pierre Ménès parle (encore) d’un « racisme anti-blancs » dans le foot français

Médias : Pierre Ménès parle (encore) d'un « racisme anti-blancs » dans le foot français

En s’insurgeant des propos de Lilian Thuram sur le racisme dans le foot, Pierre Ménès a eu des propos qui agitent les médias et les réseaux sociaux…

« Il faut prendre conscience que le monde du foot n’est pas raciste mais qu’il y a du racisme dans la culture italienne, française, européenne et plus généralement dans la culture blanche. Il est nécessaire d’avoir le courage de dire que les blancs pensent être supérieurs et qu’ils croient l’être. De toutes les manières, ce sont eux qui doivent trouver une solution à leur problème. Les noirs ne traiteront jamais les blancs de cette façon, et pour n’importe quelle raison. L’histoire le dit » : suite aux cris de signe dont a été victime Romelu Lukaku à Cagliari, Lilian Thuram a tenu des propos qui ont été condamnés par la LICRA et à moindre titre par SOS Racisme.

Il a pris l’exemple de son fils

Des propos sur lesquelles Pierre Ménès est revenu samedi sur le plateau de Cnews. Et le consultant du Canal Football Club a à son tour fait polémique en évoquant un « racisme anti-blancs ». « Le vrai problème en France dans le foot c’est le racisme anti-blancs, a-t-il soutenu. Dans les matchs en région parisienne, il n’y a presque aucun blanc sur le terrain! J’invite les gens à prendre leur voiture pour faire le tour des matchs de foot, il n’y a pas un blanc sur le terrain, allez-les compter. »

Et à Ménès de s’appuyer sur le cas de son propre fils… « J’ai essayé de mettre mon fils au foot, il n’avait aucun talent. Mais au bout de deux fois, il a voulu arrêter . Il m’a dit « Papa on ne me parle pas, on ne me dit pas bonjour, on ne joue pas avec moi, on ne prend pas la douche avec moi… »

Ménès avait déjà évoqué un « racisme anti-blancs » lors de la grève des joueurs de l’équipe de France en 2010, à Knysna, évoquant le boycott de certains joueurs à l’encontre de Yoann Gourcuff, notamment pris en grippe par Florent Malouda. « Ils l’appelaient « La nouvelle star ». C’était du racisme anti-blanc. Ni plus, ni moins.»

Laurent HESS