La joie de Galtier et des Niçois
La joie de Galtier et des NiçoisCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
REACTIONS A CHAUD

OGC Nice – OL (3-2) : Galtier pousse une nouvelle réflexion, Bosz et les Lyonnais sonnés

Ce dimanche, on a assisté à un spectaculaire revirement de situation lors de Nice – OL (3-2) avec la victoire des Aiglons pourtant menés 2-0 à dix minutes de la fin. Forcément, les réactions à chaud traduisent ce scénario dingue.

Zapping But! Football Club Le duel de la semaine

Galtier félicite Atal et est fier de ses joueurs

Au micro d'Amazon Prime, Christophe Galtier a réagi à chaud, saluant l'état d'esprit de ses hommes :« On a été longtemps étouffés, mais il fallait garder espoir. J'avais dit à la mi-temps à mes joueurs que Lyon était une équipe qui enchaîne beaucoup de matches et qui pouvait avoir des coups de mou. Et finalement, ils mènent 2-0. Après, il y a eu de la folie, de l'enthousiasme, de l'insouciance, et beaucoup de générosité de la part des joueurs. C'est eux qui sont allés la chercher. Revenir à 2-1 nous remet dans le match, le carton rouge nous donne un certain avantage et on a su en profiter. J'ai apprécié qu'après avoir égalisé les joueurs soient immédiatement reparti vers l'avant. Lyon était un peu groggy à ce moment-là, on aurait pu se satisfaire du match nul au vu du scénario, mais finalement il y sont allés avec beaucoup de courage et j'aime beaucoup ça.»

Saluant la belle entrée de Youcef Atal (« à lui seul il redonne espoir à toute l'équipe et à tous les supporters »), Christophe Galtier a aussi apprécié l'attitude de ses entrants (Lucas Da Cunha, Alexis Claude-Maurice) et s'interroge sur ses choix de départ : «Quand les changements sont bons, c'est peut-être que le onze de départ était moins bon. La réflexion, elle m'appartient».

De Dubois à Bosz, les Lyonnais ne comprennent pas

Côté Lyonnais, c'était la sidération. Cela a commencé dès le coup de sifflet final avec Léo Dubois qui, à chaud, a livré le fond de sa pensée : «Honnêtement, je sais pas ce qui s'est passé, on a la maîtrise, on les domine, on mène de deux buts et on disjoncte complètement, il faut se remettre en question, qu’on progresse mentalement, techniquement ce n'est pas le problème mais on a été moins bon mentalement, on a pété les plombs, on s’est mis dedans, il faut grandir mentalement, on doit se remettre en question, ca me fait chier, on bosse tous les jours pour avoir une équipe soudée et sereine et on perd le fil, il faut se remettre au travail et reprendre des points mais aujourd’hui on s’est mis dedans sur le sujet mental.»

Ce manque de maîtrise, c'est aussi ce qui ressort du discours d'Anthony Lopes à OL Tv : « On doit mettre plus de caractère, plus de maîtrise dans notre jeu. Même à 10 contre 11, on doit être lucide et avoir la sérénité pour gagner ce match. On a failli mentalement, clairement. On s'est démobilisé après le rouge. On maîtrisait ce match, à 2-0 à l'extérieur on doit le gagner. On a péché dans pas mal de domaines en fin de match. Il va falloir se relever, ça ne sera pas facile ».

Face aux médias, Peter Bosz promet une analyse poussée des faits : « Les faits, c'est que pendant 80 minutes, on était présent. On a très bien joué. On mérite de gagner 2-0, peut-être même plus. Après, tout ce qui peut faire mal... On a pris un but con sur le 2-1. On a encore pris un carton rouge. On en prend beaucoup trop. Comme je l'ai dit aux joueurs, c'est très difficile de gagner des matchs à dix. On prend encore un penalty. Il est mérité. Il faut qu'on se regarde nous-mêmes. Pas les autres (…) On joue à l'extérieur, à Nice, face à un concurrent direct et on perd. C'est très négatif. Ce sont des points qui comptent absolument. Je ne peux pas dire autre chose qu'on a fait 80 minutes très très bien mais que le match n'est pas fini à 80 minutes... Ce n'est pas la première fois. On va analyser ce match-là ».

Les acteurs de Nice - OL se lâchent

Que ce soit Christophe Galtier, Léo Dubois, Anthony Lopes ou Peter Bosz, tous avaient beaucoup de choses à dire à l'issue de la rencontre totalement dingue de ce dimanche après-midi entre l'OGC Nice et l'OL. Morceaux choisis.