OL - Nîmes (0-0) : Lyon grimace, les 3 enseignements du match
Memphis DepayCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
ANALYSE

OL - Nîmes (0-0) : Lyon grimace, les 3 enseignements du match

Ce vendredi soir, l’Olympique Lyonnais n’est pas parvenu à battre le Nîmes Olympique (0-0) dans son antre de Décines. Les promesses du “final 8” de C1 se sont envolées.

Avec un point pris sur ses deux derniers matches à Bordeaux (0-0) et à Montpellier (1-2), les Gones se devaient de réagir ce vendredi soir au Groupama Stadium face au Nîmes Olympique. Des Crocos qui restaient sur deux défaites en Ligue 1 mais qui sont venus sans complexes à Décines.

Si le match a accouché d’un 0-0, on a quand même eu droit à une partie un peu plus animée que la semaine précédente à Bordeaux. Notamment au niveau du premier quart d’heures avec quatre situations franches et une barre de Renaud Ripart. 

Au fil des minutes, la partie s’est ensuite crispée entre des Nîmois désireux de profiter des espaces en contres et des Lyonnais agacés de faire le tour de la défense sans trouver d’ouverture. Analyse en trois points.

 

Offensivement, c’est toujours aussi laborieux

On avait appuyé sur le problème lors de notre dernière analyse : ils n’ont pas changé. Offensivement, l’OL n’est pas au mieux. Très dépendant de la forme de Memphis Depay (impliqué sur tous les buts de Lyon en L1 cette saison), l’attaque a été à l’image du Néerlandais ce soir. 

Peu efficace. Moussa Dembélé a du mal à se créer des situations et ne cadre plus (sauf sur son but logiquement refusé car le ballon était sorti sur le centre de Caqueret). Remonté d’un cran, Maxwel Cornet a eu des situations mais ne les a pas converti. Rentré en jeu, Karl Toko-Ekambi ne s’est toujours pas racheté de son match face au Bayern. Même avec une jauge réduite à 5000, le stade commence à gronder à l’entente de son nom. Enfin, Tino Kadewere, rentré en jeu quelques minutes plus tôt (87e), s’est créé la meilleure occasion de Lyon sans parvenir à conclure (90e). Le Zimbabwéen est la (petite) éclaircie dans la grisaille.

 

Anthony Lopes a été décisif

Peu sollicité lors des trois premiers matches, Anthony Lopes a eu plus de boulot face aux Crocos… Et il l’a bien fait ! On pense notamment à ses deux parades sur la frappe détournée de Fomba (4e) et sur la tentative angle fermée de Ferhat (40e). Juste dans ses sorties et dans son jeu au pied, le Portugais a rendu une copie quasiment parfaite. Sauvé par sa barre sur une frappe de Ripart (11e).

Les gamins ont gagné le droit d’être revu

Si on avait l’habitude de voir à l’oeuvre la pile électrique Maxence Caqueret, c’était un peu moins le cas de Melvin Bard ou Rayan Cherki. Et encore moins de Sinaly Diomandé, rentré en cours de jeu (55e) à la place d’un Léo Dubois une nouvelle fois décevant et averti quelques minutes plus tôt. Les deux titulaires ont confirmé leur belle entrée à Montpellier, Cherki en jouant juste et (souvent) sobre, créant des situations aux autres à défaut de s’en offrir pour lui, Bard avec ses montées intéressantes dans son couloir gauche. 

Enfin, Sinaly Diomandé est à créditer de débuts encourageants dans le couloir droit. Beaucoup d’envie et une vraie aisance avec le ballon. Tout n’a pas été parfait mais les jeunes n’ont pas été les plus mauvais.