OL – Mercato : les Gones résolus à accepter une fuite modérée de ses pépites
Juninho en discussions avec Vincent Ponsot.Credit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
OPERATION PORTE-OUVERTE ?

OL – Mercato : les Gones résolus à accepter une fuite modérée de ses pépites

Nommé directeur général du football à l'OL, Vincent Ponsot est sorti de l'ombre cet été après avoir longtemps tenu les cordons de la Bourse au club. Dans France Football, il évoque la saignée dans la formation lyonnaise. Morceaux choisis.

Sur la vente de Willem Geubbels

« C'est une question économique mais pas de notre côté. Un an avant, on avait perdu un joueur, Jordy Gaspar. C'était la première fois qu'on perdait un joueur qu'on voulait signer. Willem et son papa nous demandaient qu'il s'entraîne et joue avec les pros (…) On y a répondu partiellement – pas au nombre de matches à jouer – mais ce fut insuffisant pour eux. Sans compter leurs demandes économiques. Mais Jordy était parti libre après dix années de formation et on n'a pas voulu se retrouver dans la même situation. Son papa était déjà allé voir Monaco, donc, contraints et forcés, on a défendu nos intérêts alors que notre objectif, c'était qu'il joue avec nous ».

Sur la vente d'Amine Gouiri

« Amine n'avait pas de folles exigences. Il était très attaché au club, et son comportement était exemplaire. Après son problème aux croisés, il s'est moins entraîné et n'avait pas assez de temps de jeu car la concurrence était importante avec quatre compétitions. On a voulu le prêter à Nîmes mais Amine ne l'a pas souhaité. Ou il restait, ou il partait définitivement. On n'était pas enchanté mais on a respecté sa demande ».

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'OLYMPIQUE LYONNAIS

Sur la ligne directrice de l'OL

« Il faut garder un équilibre. D’un côté, il faut s’adapter à l’évolution du monde et à l’évolution générationnelle, peut-être aussi appréhender les relations de manière différente. Évaluer les joueurs plus vite, se positionner plus rapidement et être plus fin dans notre analyse. Par contre, et c’est ça qui est un peu dur, il faut quand même garder des principes et ne pas y déroger. Et dans ce cas, il faut accepter de perdre des joueurs (…) Dire “nos jeunes, ils jouent’’, c’est bien, mais nous, on a un impératif de résultats. Jamais on ne dira à un entraîneur : “Tu fais jouer les jeunes”».