LOSC - OM (2-0) : le coup de sang de Gerson avec Sampaoli
Gerson (OM)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
COUP DE PRESSION

LOSC - OM (2-0) : le coup de sang de Gerson avec Sampaoli

Une nouvelle fois décevant dimanche avec l’OM contre le LOSC lors de la 9e journée de L1 (0-2), Gerson (24 ans) s’est fait remarquer en quittant ses partenaires à l’heure de jeu. Le regard noir.

Zapping But! Football Club OM : les chiffres de la carrière d'entraîneur de Jorge Sampaoli

À la vision de son numéro de maillot sur le panneau du quatrième arbitre, Gerson n’a pas essayé de dissimuler sa colère. Remplacé par Harit (62e), le regard noir braqué sur son banc de touche, le Brésilien de l’OM a quitté la pelouse du stade Pierre-Mauroy à l’opposé mais il a contourné tout le terrain pour venir dire le mal qu’il pensait de cette décision à Jorge Sampaoli avant de laisser éclater son courroux sur des sièges.

Ce geste n’est pas anodin et semble traduire la frustration d’un joueur (24 ans) qui se sait épié et incapable de donner sa pleine mesure depuis son arrivée au mercato contre un chèque de 22 millions d’euros, bonus compris.

Gerson et Sampaoli, le début de la fin ?

« On peut se demander si cette réaction était un coup de sang sincère ou un coup de pression plus insidieux, ajoute L’Équipe. C’est la première fois, en tout cas, qu’il témoigne publiquement autant de défiance à son entraîneur, même s’il a déjà montré des signes d’agacement à l’entraînement. »

Son match à Lille, hier, a pourtant été à l’image de son début de saison : trop discret, trop brouillon et trop lent. Récemment, Sampaoli parlait d’un manque de rythme pour expliquer les difficultés du Brésilien, qu’il a voulu absolument recruter cet été et qui déçoit. Et sait donc pester quand les choses ne tournent pas en sa faveur.

Pour résumer

Une nouvelle fois décevant dimanche avec l’OM contre le LOSC lors de la 9e journée de L1 (0-2), Gerson (24 ans) s’est fait remarquer en quittant ses partenaires à l’heure de jeu. Le regard noir et les idées pas franchement plus claires.

Bastien Aubert
Rédacteur
Bastien Aubert