OM : Milik contrarie Sampaoli, un coéquipier inattendu l’a fait craquer !
Jorge Sampaoli (OM)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
RENAISSANCE

OM : Milik contrarie Sampaoli, un coéquipier inattendu l’a fait craquer !

La victoire minimaliste de l’OM devant le Dijon FCO dimanche en clôture de la 31e journée de L1 (2-0) a été analysée en profondeur par Jorge Sampaoli.

Zapping But! Football Club OM : top 10 des joueurs les plus capés de l'histoire

Jorge Sampaoli n’est pas du genre à s’emballer après une victoire. Surtout sur la lanterne rouge de L1. Dimanche, le petit succès de l’OM devant le Dijon FCO a ainsi été analysé à sa juste valeur par le technicien argentin. « On doit progresser comme équipe. L’objectif, c’est de gagner et pour cela on doit mieux jouer. Je veux mettre en place une philosophie de jeu pour être à la hauteur de l’histoire de ce club », a-t-il réagi en conférence de presse.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'OLYMPIQUE DE MARSEILLE

Milik pas assez trouvé selon Sampaoli

Sampaoli est néanmoins assez lucide pour reconnaître qu’Hiroki Sakai a réalisé une solide prestation au sein de la défense à 3. « Sakai a fait un grand match, il a été très bon dans les un contre un surtout face aux attaquants rapides, a-t-il analysé. À ce poste de défenseur central, à trois, avec ses caractéristiques de vitesse et d’anticipation, il a fait un bon match. » En revanche, le coach de l’OM semble contrarié par la faible exposition d’Arkadiusz Milik alors même qu’il avait demandé à Florian Thauvin et Dimitri Payet de se rapprocher de l’international polonais de 27 ans.

« On a beaucoup essayé de jouer sur les côtés, il a été ciblé par des centres de Florian Thauvin ou de Pol Lirola, a expliqué le technicien argentin. Mais on n’a pas réussi à le trouver, malheureusement. Après, Arek a disputé trois rencontres avec sa sélection pendant la trêve internationale, il a beaucoup voyagé. On attend beaucoup de lui, c’est un joueur important, avec un rayonnement majeur. Il faut qu’il y ait des connexions entre nos joueurs offensifs et notre n° 9, sinon un avant-centre ne peut s’épanouir. »