PSG - OM (0-1) : la polémique Alvaro - Neymar finit de torpiller… Eyraud
Jacques-Henri EyraudCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
PRESIDENT MUET

PSG - OM (0-1) : la polémique Alvaro - Neymar finit de torpiller… Eyraud

Ils sont nombreux, dans le camp marseillais, à regretter que le président de l'OM, Jacques-Henri Eyraud, n'ait pas réagi aux multiples polémiques ayant émaillé le Clasico, notamment celle prêtant des propos racistes à son défenseur Alvaro Gonzalez.

Ce soir, la commission de discipline sanctionnera les multiples incidents du Clasico. Et notamment cette sombre histoire d'insultes racistes entre Alvaro Gonzalez et Neymar. Le problème, c'est que depuis dimanche soir, à peu près tout le monde a donné son avis sur le sujet, à l'exception majeure du président de l'OM, Jacques-Henri Eyraud. Et cela, ils sont nombreux à le regretter, à l'instar du célèbre René Malleville sur l'antenne de Radio Star.

"On sait maintenant pourquoi le football français est loin derrière tous les autres pays de foot : on a des arbitres, ce sont des tromblons. Il faut dire les choses. Contre Brest déjà (la VAR n'avait pas sanctionné d'un pénalty une main adverse) et là encore contre Paris (but injustement annulé à Benedetto). Mais ce qui me scandalise encore plus, c’est le silence assourdissant d’Eyraud. Cela m’interpelle. C’est le patron. Quand va-t-il ouvrir sa gueule ? Aulas le fait et Leonardo aussi, nous rien."

vOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'OM

Il a volontairement pris du recul

A la décharge de Jacques-Henri Eyraud, il faut souligner qu'il a volontairement pris du recul après que ses dernières interventions médiatiques (notamment la fois où il voulait changer les règles du foot) aient provoqué la colère des supporters phocéens. S'il a nommé un Head of Business et un Head of Football, c'est justement pour ne plus être sur le devant de la scène. Mais là où René Malleville a raison, c'est qu'André Villas-Boas ne devrait pas monter seul au créneau. Il devrait être épauler par Pablo Longoria, par exemple…