PSG – OM (1/4) : pourquoi il faut terrasser les Marseillais
PSG OMCredit Photo - Icon Sport
par Stéphane Tan
CLASICO DES OPINIONS

PSG – OM (1/4) : pourquoi il faut terrasser les Marseillais

Si le Clasico entre le PSG et l’OM a perdu de sa saveur ces dernières années avec la supériorité des Parisiens, il revêt d’une importance capitale pour les supporters. Encore plus après la joie des Marseillais après la défaite en finale de Ligue des Champions.

Soir de fête sur la Canebière en ce 23 août 2020. Fumigènes, pétards, feux d’artifice, concert de klaxons. Mais que pouvaient bien célébrer les milliers de Marseillais réunis sur le Vieux-Port ? Le retour de la Ligue 1 Uber Eats ? La découverte du vaccin pour le covid-19 par le professeur Didier Raoult ? La deuxième place acquise grâce à l'arrêt prématuré du championnat français ? Ah non, la victoire du Bayern Munich en finale de la Ligue des Champions. Vivre une victoire par procuration. Typique d'un club qui ne vibre plus depuis plusieurs années. On ne leur en voudra pas. Mais il serait temps pour eux d'arrêter de vivre dans le passé. "À jamais les premiers". La phrase préférée des Marseillais. 

VOIR AUSSI : TOUTE L’ACTUALITÉ DU PSG

Célébrer la victoire du Bayern Munich, symbole du désespoir marseillais

Mais jusqu'à quand cette excuse sera-t-elle valable ? Quand les supporters marseillais regarderont-ils la vérité en face ? "OM Champions Project" ? Un projet débuté lors de l'arrivée de Frank McCourt en 2016. Il aura donc fallu attendre 4 ans pour que ce projet aboutisse. 7 ans pour retrouver la plus prestigieuse des compétitions européennes. Une dernière campagne qui a, rappelons-le, vu le club phocéen marquer l’histoire du football français dans cette compétition avec un zéro pointé et un joli bilan de 6 matches, 6 défaites, 5 buts marqués pour 14 encaissés.

Bayern Munich, Borussia Dortmund, Real Madrid... Footix vous-avez dit ?

Mais alors qu'on bien pu faire les supporters marseillais durant toutes ces années d'absence en Ligue des Champions ? Ah oui, la fameuse finale d'Europa League en 2017-2018. On a encore échappé de peu au fameux "A jamais les premiers". Mis à part cette "fabuleuse épopée" au parcours dantesque (Athletic Bilbao, RB Leipzig, RB Salzburg), ces derniers ont donc rarement eu l'occasion de rêver. Ah mais si. En supportant les autres cadors européens. Ou plutôt adversaires du Paris SG en Ligue des Champions. Le FC Barcelone, Chelsea, le Real Madrid ou encore plus récemment le Borussia Dortmund. Ça en fait des maillots et survêtements à acheter. Un grand merci de la part des équipementiers. 

Le chambrage, seule arme des Marseillais

Il faut néanmoins être indulgent avec le peuple marseillais. Après toutes ces années de désespoir, il faut bien faire rejaillir toute la haine quelque part. 8 ans sans gagner un titre, c'est long tout de même. Qu'on ne me parle pas de l'argent du PSG. Cf le RC Strasbourg, vainqueur de la Coupe de la Ligue en 2019. Rêver plus grand. André-Villas Boas a bien compris dès son arrivée que ce n'était pas pour lui. Le tacticien portugais préfère d'ailleurs prévenir que guérir. En rendant les armes avant la guerre. Les supporters marseillais feraient mieux d'imiter leur coach. Si ces derniers espèrent l'emporter au Parc des Princes ce dimanche 13 septembre 2020, il faudra revenir l'année prochaine.