OM - Mercato : décision forte pour Caleta-Car, les millions vont couler à flot
Duje Caleta-Car (OM)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
PLANCHE À BILLETS

OM - Mercato : décision forte pour Caleta-Car, les millions vont couler à flot

Après avoir refusé de quitter l’OM au mercato estival, Duje Caleta-Car (24 ans) a été pris en grippe par les dirigeants. Ces derniers ne devraient toutefois pas lui faire payer sa décision.

Zapping But! Football Club OM : top 10 des valeurs marchandes des Phocéens

L’OM avait deux derniers souhaits pour terminer son mercato estival en beauté : vendre Boubacar Kamara et Duje Caleta-Car. Ces deux opérations auraient sans doute permis à Pablo Longoria de finaliser les signatures tant attendues d’un avant-centre et d’un latéral gauche de métier.

Las, le président de l’OM est rentré bredouille et n’a pas bien pris la décision de l’international croate de refuser Wolverhampton et Valence. Tout bien réfléchi, la colère et la déception nées de la dernière journée du mercato se sont un peu étiolées à Marseille.

L’OM n’a aucun intérêt à dévaloriser Caleta-Car

« S’ils ont un temps envisagé de le sanctionner sportivement pour ce refus de transfert, ils sont revenus à des options nettement plus raisonnables, affirme L’Équipe. Parce que cette éventualité aurait été difficilement défendable légalement et parce qu’ils n’ont pas intérêt à dévaloriser un joueur qu’ils souhaitent toujours vendre, à court terme. »

Caleta-Car reste en effet l’un des joueurs les plus bankables de l’effectif de l’OM. Estimé à 25 millions d’euros par la plateforme Transfermarkt, le stoppeur de 24 ans doit revenir de sélection après avoir été titulaire mercredi contre la Russie (0-0, en qualifications pour la Coupe du monde 2022), lui qui n’a pas disputé la moindre minute de jeu en club cette saison.

Pour résumer

Après avoir refusé de quitter l’OM au mercato estival, Duje Caleta-Car (24 ans) a été pris en grippe par les dirigeants du club phocéen. Ces derniers ne devraient toutefois pas lui faire payer sa décision au risque de le dévaluer.

Bastien Aubert
Rédacteur
Bastien Aubert