OM - Mercato : pourquoi la piste Bürki (BvB) ne semble pas crédible
Roman BürkiCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
JEU D'AGENTS ?

OM - Mercato : pourquoi la piste Bürki (BvB) ne semble pas crédible

Un média allemand annonce un intérêt de l'OM pour le gardien suisse Roman Bürki (30 ans). Mais ce dernier, qui ne sera pas retenu par le Borussia Dortmund, ne semble pas correspondre au portrait-robot dépeint par Pablo Longoria et Jorge Sampaoli.

Ce mercredi, des médias allemands et suisses annoncent un intérêt de l'Olympique de Marseille pour Roman Bürki. Il est expliqué que le Borussia Dortmund, pas satisfait de ses services et qui se cherche un nouveau titulaire, acceptera de libérer le gardien de but pour 5 M€. Cependant, plusieurs points laissent à penser que le Suisse ne posera pas ses valises en Provence.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'OLYMPIQUE DE MARSEILLE

Son âge et l'indemnité, deux obstacles rédhibitoires ?

Le premier, et peut-être le plus important, tient dans l’âge du Suisse. Depuis le début de l’intersaison, Pablo Longoria et Jorge Sampaoli cherchent un concurrent à Steve Mandanda mais surtout un titulaire pour les années à venir. On ne peut pas dire que Bürki et ses 30 ans constituent une solution d’avenir… Sans compter que ses performances très moyennes ont incité le Borussia Dortmund à se lancer dans la quête d’un nouveau titulaire, ce qui semble indiquer qu'il y a un léger problème de niveau…

Et puis, deuxième point important, le BvB demanderait 5 M€ pour Bürki. Ce n'est certes pas une somme énorme mais pour un OM exsangue, à qui la DNCG a demandé des précisions complémentaires pour valider ses comptes, c'est tout de même conséquent. Surtout pour un joueur appelé à être remplaçant dans un premier temps…

Pas d'OM pour Roman Bürki

Poussé vers la sortie au Borussia Dortmund, le gardien suisse Roman Bürki serait dans le viseur. Mais son âge (30 ans), l'indemnité de transfert (5 M€) ainsi que ses performances de la saison passée rendent cette rumeur improbable.

Raphaël Nouet
Rédacteur
Raphaël Nouet