PSG – FC Barcelone (1-1) : les « navets » parisiens critiqués, Pochettino a fait trembler les murs
Credit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
COULISSES

PSG – FC Barcelone (1-1) : les « navets » parisiens critiqués, Pochettino a fait trembler les murs

Le Parisien porte une analyse très acide de la qualification du PSG face au FC Barcelone (1-1 après le 4-1 du Camp Nou). Le quotidien salue néanmoins la réaction de Mauricio Pochettino à la pause.

Zapping But! Football Club PSG : les enjeux de la rencontre face à l'AS Saint-Etienne

Malgré la qualification face au FC Barcelone (1-1 après la victoire 4-1 au Camp Nou), le PSG en prend pour son grade dans les colonnes du Parisien ce matin. Par la plume de Dominique Séverac, le média francilien attaque : avec la qualification, « on aura certes bientôt oublié les jambes en coton et le mental en plastique, mais, pour la suite, l'histoire reste inquiétante ».

Rendant grâce à Navas, le journaliste du Parisien poursuit : « Avec un autre gardien, Paris serait rentré changer son maillot à la mi-temps avec au moins quatre buts contre lui, consacrant son statut de club à part, capable de sombrer tout seul quand tout va bien (…) Plan de jeu ridicule – récupérer pour lancer Mbappé en profondeur -, manque désarmant de combativité, trouille collective pour un slogan antirévolutionnaire à souhait : faiblesse partout, justesse nulle part ».

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU PARIS SAINT-GERMAIN

« Dix navets et un Navas »

Et Dominique Séverac va même plus loin, érigeant le gardien costaricien à un « niveau Ballon d'Or » : « Sa prestation sauve Paris et écrit la légende, mais surtout la sienne. Il y a souvent eu dix navets et un Navas côté Paris face au Barça ».

Le média parisien, par la plume d'un autre de ses journalistes (Cyril Simon), a également mis en avant Mauricio Pochettino, le coach francilien ayant fait trembler les murs à la pause pour redresser le PSG : « Coup de gueule, le mot est peut-être un peu fort. Un peu... Mais une chose est sûre : Mauricio Pochettino a élevé le ton comme rarement depuis son arrivée au PSG ».