PSG : Riolo redonne du crédit à Tuchel et réclame un traitement de choc pour Mbappé !
Daniel RioloCredit Photo - Icon Sport
par Julien Pédebos
ANALYSE

PSG : Riolo redonne du crédit à Tuchel et réclame un traitement de choc pour Mbappé !

Daniel Riolo, le consultant RMC Sport, a livré une analyse forcément positive de la victoire du PSG face à Manchester United (3-1).

Un match, le PSG est passé d'une formation au bord du précipice à une équipe qui pourrait terminer première de son groupe en Ligue des champions. La victoire face à Manchester ce mercredi (3-1) a changé beaucoup de choses, y compris dans le discours de Daniel Riolo qui, sur RMC, a confié avoir été rassuré par la composition de départ de Thomas Tuchel « J'ai abandonné mon pessimisme quand j’ai découvert la compo », reconnaît Riolo.

Par la suite, le journaliste ne se prive pas de pointer les errances parisiennes après le premier quart d'heure ou un physique défaillant, mais reconnaît tout de même que Tuchel « a tout réussi dans ce match. Son 4-3-3 initial qui se transforme en 3-4-3. Puis ce 3-5-2 pour finir et retourner le match ». Le technicien allemand a donc retrouvé du crédit et Daniel Riolo l'invite à continuer. « Garder les idées claires pour ne plus jouer avec le positionnement du chef Marquinhos. Jouer avec un avant-centre et pas Neymar ou Mbappé en faux 9. Voilà pour la base. »

VOIR AUSSI : TOUTE L’ACTUALITÉ DU PSG

Di Maria utilisé pour mettre Mbappé sous pression ?

Par ailleurs, en évoquant le cas Angel Di Maria, l'éditorialiste a poussé Thomas Tuchel à l'utiliser pour mettre clairement la pression sur Kylian Mbappé, et ce quelque soit son statut. « Di Maria? Dans un 433 comme hier, il devient remplaçant. Injuste? Oui s’il n’entre pas dans une vraie concurrence avec Mbappé. Personne ne doit être protégé par un statut », estime Riolo.

Le consultant, enfin, note que « Tuchel n’est donc pas abandonné ». Charge à lui désormais d'arrêter de « se comporter comme le gars qui a préparé ses cartons et attend son rendez-vous avec Micheline à la compta », conclut Riolo avec sa verve habituelle.