L'émir Al Thani a rouvert le robinetCredit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
PUNCHLINE

PSG - Mercato : un flop bien connu de Messi torpille le rêve absolu de l’émir du Qatar !

Au lendemain des nouvelles déclarations du président du PSG Nasser Al-Khelaïfi au sujet du rachat du Parc des Princes, la mairie de Paris a répondu avec une punchline qui devrait rester dans les annales.

Zapping But! Football Club PSG : top 10 des meilleurs passeurs de l'histoire

Nasser Al-Khelaïfi a de la suite dans les idées. À l’occasion d’une nouvelle prise de parole hier dans Marca, le président du PSG a de nouveau évoqué l’avenir de son équipe au Parc des Princes : « Notre première option est de rester, mais je ne pense pas que le conseil municipal veuille que nous restions. Ils font pression pour que nous partions. (…) Le conseil municipal pense que nous plaisantons, mais ce n’est pas le cas et nous sommes très sérieux quant aux autres options. Nous cherchons d’autres alternatives car je pense que nous ne sommes plus les bienvenus au Parc des Princes. Ils jouent avec nous et nous en sommes fatigués. »

Podcast Men's Up Life
 

« Le Parc vaut moins que Paredes ? »

Ces déclarations ont encore mis de l’huile sur le feu dans les relations entretenues par le PSG et la mairie de Paris. Emmanuel Grégoire, premier adjoint d'Anne Hidalgo, a répondu fermement au dirigeant qatarien. « La vente, on ne l'a pas exclue catégoriquement. Mais c'est au juste prix oui. Le PSG en propose 40 millions d'euros. C'est moins cher que Paredes. Franchement ? ! Vous pensez vraiment que le Parc vaut moins que Leandro Paredes acheté 50 millions d'euros ? Ce n'est pas sérieux », a grincé dans Le Parisien. Il y a une forme de pression qui n'est pas responsable. » Un partout, balle au centre ?

 

Pour résumer

Au lendemain des nouvelles déclarations du président du PSG Nasser Al-Khelaïfi au sujet du rachat du Parc des Princes, la mairie de Paris a répondu avec une punchline qui devrait rester dans les annales du club de la capitale.

Bastien Aubert
Rédacteur
Bastien Aubert

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.