RC Lens : nouvelle révélation sulfureuse dans l’affaire qui oppose Haise à Abed !
Franck Haise et Karim AbedCredit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert

RC Lens : nouvelle révélation sulfureuse dans l’affaire qui oppose Haise à Abed !

Franck Haise, exclu du banc du RC Lens dimanche à Brest (1-1), semble plus que jamais dans le collimateur du corps arbitral après ses propos tenus à l’endroit de Karim Abed.

Zapping But! Football Club RC Lens : le palmarès complet des Sang et Or

Le RC Lens a pris un point dimanche à Brest (1-1) mais a accumulé les mauvaises nouvelles, notamment en termes de sanctions. Pas moins de six cartons jaunes et deux rouges ont en effet été dégainés par Karim Abed, sans compter l’expulsion de Franck Haise sur le banc ! 

« Pourquoi j'ai été exclu ? J'ai dit à l'arbitre que je l'avais trouvé malhonnête sur le plan intellectuel quand il nous a donné des cartons les uns après les autres, ni plus ni moins, a-t-il affirmé en conférence de presse. Il n'y a eu aucune insulte, mais j'ai appris que c'était des propos blessants, ce que je conçois. »

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU RC LENS

« Il faut comprendre que le banc de Lens a beaucoup contesté »

Mohamed Toubache-Ter a déjà révélé le contenu de l’échange fatal au coach du RC Lens : « L’assistant rapporte un propos à Monsieur Abed ‘Monsieur Abed est malhonnête’. Deux secondes après, Abed rajoute : ‘Vous avez déclaré que j’étais nul et malhonnête.’ Extraordinaire ! » Pour défendre son ancien confrère, Tony Chapron a lui fustigé l’attitude d’Haise.

« Déjà, au départ, Franck Haise indique qu’il n’a rien fait puis il indique finalement qu’il a dit de l’arbitre qu’il était malhonnête, a-t-il fustigé sur le plateau du Late Football Club. Malhonnête, quand on est arbitre, on a du mal à l’entendre. C’est un propos blessant. Quand vous vous déplacez, soit vous faites un rappel à l’ordre soit vous êtes obligé de mettre un carton rouge car le règlement dit propos blessant, c’est carton rouge. Il faut comprendre que le banc de Lens a beaucoup contesté au cours de la seconde période du match. Comme il n’y a pas de public, l’arbitre entend tout. A un moment donné, il y a une contestation plus forte que les autres, et celui qui prend c’est le coach principal. On s’arrête sur cette séquence en disant que l’arbitre ne fait pas preuve d’excès de zèle, qu’il ne fait pas preuve de pédagogie, mais on n’a pas entendu tout ce qu’il a entendu pendant 20, 30 ou 40 minutes. »