RC Lens : un nouveau coup dur pour Facundo Medina après le cauchemar de Reims
Facundo MedinaCredit Photo - Icon Sport
par Julien Pédebos
MAUVAISE SURPRISE

RC Lens : un nouveau coup dur pour Facundo Medina après le cauchemar de Reims

Facundo Medina, le défenseur du RC Lens, a connu une dernière bien compliquée avec les Sang et Or contre Reims (4-4).

Révélation du début de saison du RC Lens, au même titre qu'Ignatius Ganao, Facundo Medina a vécu un véritable cauchemar face au Stade de Reims dimanche dernier. Un but contre son camp, une implication directe sur deux autres buts rémois, et une occasion énorme de 2-2 loupée face au but adverse... Le défenseur argentin s'est totalement loupé pour son retour à la compétition après avoir loupé le derby du Nord pour suspension.

Au vu de son excellent début de saison, la thèse de l'accident reste de mise et en attendant son retour avec Lens contre Dijon, Facundo Medina a l'occasion de se refaire la cerise en sélection, lui qui fait partie des plans de Lionel Scaloni, le sélectionneur de l'Argentine. Seulement, là aussi, Facundo Medina a dû digérer une décision douloureuse.

VOIR AUSSI : TOUTE L’ACTUALITÉ DU RC LENS

Un attaquant préféré à Medina comme arrière gauche !

Peu avant la rencontre face au Paraguay, l'Argentine a dû en effet déplorer l'absence de dernière minute de Nicolas Tagliafico. Le latéral argentin, blessé, a laissé sa place libre et les médias argentins s'accordaient à placer Facundo Medina pour le remplacer, voire Lisandro Martinez. Sauf qu'à la grande surprise de tous, Scaloni a décidé d'aligner Nicolas Gonzalez, qui joue au poste de... numéro 9 avec Stuttgart.

Plutôt que de faire confiance à un spécialiste du poste comme Medina, Scaloni a donc tenté un drôle de pari. Qui s'est en prime révélé gagnant puisque Gonzalez a réalisé un match convaincant. « Cela ne m'a pas surpris car en Allemagne, j'ai déjà joué comme arrière gauche. Nous savons tous que ce n'est pas ma position mais j'essaie toujours d'aider l'équipe », a confié Gonzalez. Quant à Facundo Medina, il ne lui reste qu'à ravaler une deuxième déception en quelques jours...