RC Strasbourg - Mercato : comment le Racing a torpillé le FC Metz avec Diallo
Habib DialloCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
RIVALITE

RC Strasbourg - Mercato : comment le Racing a torpillé le FC Metz avec Diallo

Le transfert d'Habib Diallo du FC Metz au RC Strasbourg pour 10 M€ lundi soir a provoqué la colère des supporters lorrains. Leur président, Bernard Serin, a été obligé de s'expliquer.

La soirée de lundi a ressemblé à un film d'horreur pour les supporters du FC Metz. Ils ont en effet appris que leur star Habib Diallo était transférée chez le grand ennemi strasbourgeois pour la somme de 10 M€ mais, en plus, le Sénégalais a diffusé sur les réseaux sociaux des messages dans lesquels il explique que ce sont les dirigeants lorrains qui ont pris la décision de l'envoyer au Racing et que lui n'y serait pas allé de son propre chef, connaissait la rivalité entre supporters. La polémique a enflé et contraint le président messin, Bernard Serin, a organisé une conférence de presse pour s'expliquer.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU RC STRASBOURG

Le RCSA a profité des difficultés financières du FCM

« Ce mercato n'a pas été classique, a expliqué Serin dans des propos retranscrits par Le Républicain Lorrain. Le marché anglais est resté extrêmement tranquille. Normalement, la valeur d'Habib Diallo aurait dû le destiner au marché anglais. Nous n'avons eu aucune proposition d'un club anglais. Aucune ! Seulement un vague début de discussion, interrompu rapidement, sur un prêt payant pour 1 million d'euros à West Bromwich. Nous n'avons eu aucune proposition d'un club allemand. Mayence était intéressé mais devait vendre Mateta, ce qui n'a pas été fait. »

« Finalement, deux jours avant la fin du mercato, Strasbourg a décidé de faire un effort exceptionnel pour recruter Habib Diallo. Nous nous sommes mis d'accord sur 10 M€ avec des bonus selon les compétitions et le futur transfert. C'est évidemment inférieur à ce que nous avions budgété, a-t-il reconnu. Mais quand on est responsable d'un club, on est responsable de tout. Moi, le financier, je suis obligé de l'assumer. Nous avons fait ce que nous avions à faire. Les performances d'Ibrahima Niane montrent que ce que nous avons fait n'est pas improvisé, c'est une réflexion collective. Nous n'avons exercé aucune pression sur Habib Diallo. » Et voilà comment le Racing a fait d'une pierre deux coups, se renforçant tout en torpillant son rival régional…